Prenant tout le monde de vitesse, le bourgmestre de Knokke avait, avant le lockdown, ordonné la fermeture de l'horeca local et fermé la frontière de sa commune avec les Pays-Bas. Conscient de l'impact de ces mesures sur le commerce local (Knokke compte 1.500 magasins, 300 restaurants, 80 galeries d'art et 25 bars de plage), Léopold Lippens avait dé...

Prenant tout le monde de vitesse, le bourgmestre de Knokke avait, avant le lockdown, ordonné la fermeture de l'horeca local et fermé la frontière de sa commune avec les Pays-Bas. Conscient de l'impact de ces mesures sur le commerce local (Knokke compte 1.500 magasins, 300 restaurants, 80 galeries d'art et 25 bars de plage), Léopold Lippens avait décidé d'offrir à chaque propriétaire de seconde résidence un bon d'achat de 200 euros. Financièrement, peu d'entre eux en avaient réellement besoin mais ce faisant, le bourgmestre tenait à maintenir un lien avec ceux qui - Knokke compte plus de 10.000 secondes résidences - font vivre sa commune. Puis, est venu l'interdit jeté sur la côte avec, dans son sillage, des propos quelquefois trop musclés, voire des appels à la délation et de nombreuses tentatives de propriétaires cherchant à transformer au plus vite leur seconde résidence en domicile. " L'investissement est conséquent mais, pour la commune, les propriétaires de secondes résidences sont importants ", avait expliqué à l'époque Léopold Lippens. Estimant sans doute la situation extrapolable à l'ensemble de la côte où l'industrie touristique perd actuellement 1,5 milliard d'euros par mois Zuhal Demir, ministre du Tourisme avait dans De Zondag invité tous les bourgmestres des communes littorales à faire un geste en faveur des propriétaires de secondes résidences qui seront, d'après elle, " les premiers touristes d'après-crise ". Mauvais calcul. Les critiques de ce " cadeau aux nantis " ont immédiatement fusé. Les propriétaires de secondes résidences ne sont pas les seuls touchés, a diplomatiquement commenté Daphné Dumery, bourgmestre N-VA de Blankenberge. Rendue prudente, la ministre n'a pas repris sa proposition sur son site.