En créant l'ENA au sortir de la Seconde Guerre mondiale, l'idée était démocratiser l'accès à la haute fonction publique en France. Au fil du temps, cependant, l'école s'est muée en une institution formant une élite appartenant aux mêmes couches sociales qui se transmettent le pouvoir de génération en génération. L'ancienne ministre Ségolène Royal, enfant d'une famille nombreuse d'origine rurale et diplômée de l'ENA, raconte que " certains élèves parisiens bien nés formaient, avec le soutien discret de leurs parents, des groupes de training pour être classés dans les grands corps ". Les présidents sortis de l'ENA nomment aux postes clés des camarades de promotion. Et certains hauts fonctionnaires se c...