Après l'invasion de Moscou en Ukraine, la première économie européenne est contrainte de revoir toute sa stratégie énergétique pour se passer des importations russes qui représentent 55% de ses achats gaziers. "Nous devons nous libérer des importations énergétiques russes", a martelé jeudi Robert Habeck, le ministre de l'Économie et du climat, lors d'une conférence de presse sur les conséquences économiques de la guerre.

Mais ce changement de cap se comptera en années, impliquera des dépenses massives et se heurte à des difficultés techniques, préviennent les experts.

-Équipements à construire-

Pour effectuer cette volte-face, Berlin compte d'abord sur un plus grand recours au gaz naturel liquéfié, ou GNL, transporté par mer. Un premier pas a été franchi mercredi: le gouvernement a annoncé le déblocage d'une enveloppe exceptionnelle de 1,5 milliard d'euros pour acheter du GNL, dont les principaux exportateurs sont les États-Unis, le Qatar et l'Australie. Mais les infrastructures manquent cruellement: le pays n'a pour le moment aucun terminal méthanier sur son territoire pour recevoir les livraisons.

Une situation qui oblige Berlin à faire appel à l'un des 21 terminaux présents dans l'UE, ce qui n'est pas sans coût, en terme de transport, alors même que le prix du gaz et de l'énergie s'est envolé ces derniers mois. "Il faut construire rapidement nos propres méthaniers GNL en Allemagne, avec les connexions et l'infrastructure nécessaire", a donc conclu le ministère de l'Economie.

Plusieurs projets étaient en gestation depuis des années, mais bloqués par le manque d'appui économique et politique. Ils devraient bénéficier d'un "soutien financier public", assure le gouvernement. C'est le cas d'un équipement prévu dans la ville de Stade (nord). "Les études techniques sont terminées", assure à l'AFP Hanseatic Energy Hub, la société en charge du projet. Dans le port de Wilhemshaven (nord), le groupe belge TES va lui aussi construire un terminal LNG, a-t-il annoncé mercredi.

Mais ces chantiers ne devraient pas aboutir avant plusieurs années: "Pour un terminal, il faut minimum trois ans de procédure d'autorisation, et deux ans de construction", explique à l'AFP Karen Pittel, expert énergie pour l'institut économique IFO.

Autre obstacle, plus politique: comme les ministres écologistes, dont le vice-chancelier et ministre de l'Economie Robert Habeck, vont-ils faire accepter à leurs troupes cette source d'énergie à l'impact environnemental controversé?

- Objectifs sacrifiés ? -

Changer un tel modèle, "construit consciemment ces dix-quinze dernières années", ne se "peut pas se faire en quelques jours", a résumé jeudi Robert Habeck. Pour ne pas risquer "des goulets d'étranglement" l'hiver prochain dans l'approvisionnement du pays, Berlin doit donc poursuivre, à court terme, ses achats de gaz russe, a-t-il défendu.

L'Allemagne veut aussi imposer à ses fournisseurs de gaz, via une loi, de respecter un niveau de livraison minimal, ce qui n'est pas le cas à présent. Berlin accuse Gazprom, et donc Moscou, d'avoir maintenu artificiellement bas ses flux de gaz cet hiver, pour faire pression sur les Européens dans la crise ukrainienne.

Mais cela pourrait ne pas suffire: faudra-il donc, pour se passer de gaz russe, abandonner temporairement certains objectifs climatiques? Une gageure là encore pour un gouvernement qui se veut exemplaire en matière de transition écologique: le contrat de la coalition au pouvoir depuis trois mois prévoit une sortie du charbon dès 2030. "Il n'y a aucun tabou", a déclaré récemment, Robert Habeck, ministre Vert de l'Économie et du Climat. "A court terme, il se peut que nous devions garder des centrales à charbon (...), par mesure de précaution", a-t-il ajouté.

Le ministre a même évoqué la possibilité de repousser la fermeture des trois dernières centrales nucléaires allemandes prévue cette année. Une solution qui reste toutefois très délicate d'un point de vue technique. "On ne prolonge pas comme ça une centrale nucléaire qu'on a décidé de fermer", relève Karine Pittel, de l'IFO. Le ministre l'a d'ailleurs admis: "le nucléaire ne nous aiderait pas pour l'hiver 2022-2023".

Après l'invasion de Moscou en Ukraine, la première économie européenne est contrainte de revoir toute sa stratégie énergétique pour se passer des importations russes qui représentent 55% de ses achats gaziers. "Nous devons nous libérer des importations énergétiques russes", a martelé jeudi Robert Habeck, le ministre de l'Économie et du climat, lors d'une conférence de presse sur les conséquences économiques de la guerre.Mais ce changement de cap se comptera en années, impliquera des dépenses massives et se heurte à des difficultés techniques, préviennent les experts.-Équipements à construire-Pour effectuer cette volte-face, Berlin compte d'abord sur un plus grand recours au gaz naturel liquéfié, ou GNL, transporté par mer. Un premier pas a été franchi mercredi: le gouvernement a annoncé le déblocage d'une enveloppe exceptionnelle de 1,5 milliard d'euros pour acheter du GNL, dont les principaux exportateurs sont les États-Unis, le Qatar et l'Australie. Mais les infrastructures manquent cruellement: le pays n'a pour le moment aucun terminal méthanier sur son territoire pour recevoir les livraisons.Une situation qui oblige Berlin à faire appel à l'un des 21 terminaux présents dans l'UE, ce qui n'est pas sans coût, en terme de transport, alors même que le prix du gaz et de l'énergie s'est envolé ces derniers mois. "Il faut construire rapidement nos propres méthaniers GNL en Allemagne, avec les connexions et l'infrastructure nécessaire", a donc conclu le ministère de l'Economie.Plusieurs projets étaient en gestation depuis des années, mais bloqués par le manque d'appui économique et politique. Ils devraient bénéficier d'un "soutien financier public", assure le gouvernement. C'est le cas d'un équipement prévu dans la ville de Stade (nord). "Les études techniques sont terminées", assure à l'AFP Hanseatic Energy Hub, la société en charge du projet. Dans le port de Wilhemshaven (nord), le groupe belge TES va lui aussi construire un terminal LNG, a-t-il annoncé mercredi.Mais ces chantiers ne devraient pas aboutir avant plusieurs années: "Pour un terminal, il faut minimum trois ans de procédure d'autorisation, et deux ans de construction", explique à l'AFP Karen Pittel, expert énergie pour l'institut économique IFO. Autre obstacle, plus politique: comme les ministres écologistes, dont le vice-chancelier et ministre de l'Economie Robert Habeck, vont-ils faire accepter à leurs troupes cette source d'énergie à l'impact environnemental controversé?- Objectifs sacrifiés ? -Changer un tel modèle, "construit consciemment ces dix-quinze dernières années", ne se "peut pas se faire en quelques jours", a résumé jeudi Robert Habeck. Pour ne pas risquer "des goulets d'étranglement" l'hiver prochain dans l'approvisionnement du pays, Berlin doit donc poursuivre, à court terme, ses achats de gaz russe, a-t-il défendu.L'Allemagne veut aussi imposer à ses fournisseurs de gaz, via une loi, de respecter un niveau de livraison minimal, ce qui n'est pas le cas à présent. Berlin accuse Gazprom, et donc Moscou, d'avoir maintenu artificiellement bas ses flux de gaz cet hiver, pour faire pression sur les Européens dans la crise ukrainienne. Mais cela pourrait ne pas suffire: faudra-il donc, pour se passer de gaz russe, abandonner temporairement certains objectifs climatiques? Une gageure là encore pour un gouvernement qui se veut exemplaire en matière de transition écologique: le contrat de la coalition au pouvoir depuis trois mois prévoit une sortie du charbon dès 2030. "Il n'y a aucun tabou", a déclaré récemment, Robert Habeck, ministre Vert de l'Économie et du Climat. "A court terme, il se peut que nous devions garder des centrales à charbon (...), par mesure de précaution", a-t-il ajouté.Le ministre a même évoqué la possibilité de repousser la fermeture des trois dernières centrales nucléaires allemandes prévue cette année. Une solution qui reste toutefois très délicate d'un point de vue technique. "On ne prolonge pas comme ça une centrale nucléaire qu'on a décidé de fermer", relève Karine Pittel, de l'IFO. Le ministre l'a d'ailleurs admis: "le nucléaire ne nous aiderait pas pour l'hiver 2022-2023".