"Toute perturbation délibérée des infrastructures énergétiques européennes est totalement inacceptable et fera l'objet d'une réponse vigoureuse et unie", a affirmé le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. Les informations disponibles à ce stade indiquent que les fuites provoquées par des explosions sur ces installations sous-marines reliant la Russie à l'Allemagne résultent d'un "acte délibéré", a ajouté le responsable européen dans une déclaration au nom des 27 Etats membres de l'UE.

Moscou a de son côté récusé les soupçons "assez prévisibles" émis à son encontre par certaines capitales, estimant que cela était "stupide et absurde". Les fuites touchant Nord Stream 1 et 2 sont "problématiques" pour Moscou, car le gaz russe qui s'en échappe "coûte très cher", a fait valoir le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

Mardi, la Russie s'était dite "extrêmement préoccupée", estimant qu'il ne fallait exclure "aucune" hypothèse, dont le sabotage. Mercredi, elle a même sommé Joe Biden de dire si les Etats-Unis sont derrière ces fuites. "Le président américain est obligé de répondre à la question de savoir si les États-Unis ont mis à exécution leur menace", a lancé la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova, en référence à une déclaration de M. Biden avant la guerre russe en Ukraine. "Si la Russie envahit (l'Ukraine), alors il n'y aura plus de Nord Stream 2", avait-il affirmé le 7 février.

L'inspection des deux gazoducs endommagés par des explosions sous-marines au large d'une île dans la Baltique ne pourra se faire avant une à deux semaines en raison des remous, a indiqué le ministre danois de la Défense Morten Bødskov. Les fuites qui ont suivi les explosions, identifiées depuis lundi au large de l'île danoise de Bornholm, entre le sud de la Suède et la Pologne, sont visibles à la surface avec de vastes bouillonnements.

Le gazoduc Nord Stream 2 avait subi une forte chute de pression lundi, suivi quelques heures plus tard de Nord Stream 1, dont il suit le tracé sous la Baltique.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen avait déjà évoqué mardi soir "un acte de sabotage" après s'être entretenue avec la Première ministre danoise Mette Frederiksen. Mme Frederiksen a elle aussi assuré qu'il s'agissait "d'actes libérés" et pas d'un "accident". Il s'agit "probablement de sabotage", avait renchéri la Première ministre suédoise démissionnaire Magdalena Andersson. Comme le Danemark, la Suède n'y voit pas un acte d'agression contre elle, les incidents ayant eu lieu en dehors des eaux territoriales, dans les zones économiques exclusives.

Bras de fer

Objets de bras de fer géopolitiques ces derniers mois, les deux pipelines exploités par un consortium dépendant du géant russe Gazprom ne sont pas opérationnels à cause des conséquences de la guerre en Ukraine. Mais tous les deux étaient encore remplis de gaz.

A Kiev, le conseiller de la présidence ukrainienne, Mykhaïlo Podoliak, a dénoncé "une attaque terroriste planifiée" par Moscou, sans avancer de preuves. Le Premier ministre polonais a également suggéré une implication russe. "Nous voyons clairement que c'est un acte de sabotage, qui marque probablement la prochaine étape de l'escalade de la situation en Ukraine", a déclaré Mateusz Morawiecki, qui inaugurait justement mardi un gazoduc reliant la Norvège à la Pologne. Stockholm et Copenhague en revanche se sont refusé à ce stade à évoquer sur de possibles responsables.

Représailles

Nord Stream 2, achevé en 2021, était destiné à doubler la capacité d'importation de gaz russe en Allemagne. Sa mise en service a été suspendue en représailles à l'invasion de l'Ukraine.

La navigation a été interdite dans un rayon de cinq milles nautiques (environ neuf kilomètres) autour des trois fuites, ainsi que leur survol dans un rayon d'un kilomètre.

Ces fuites éloignent la perspective d'une reprise prochaine des livraisons de gaz à l'Europe via Nord Stream 1. Gazprom a progressivement réduit les volumes de gaz livrés jusqu'à la fermeture complète du gazoduc fin août, accusant les sanctions occidentales d'avoir retardé les réparations nécessaires de l'installation. Les Européens, très dépendants du gaz russe pour se chauffer cet hiver, accusent de leur côté Moscou d'utiliser les livraisons comme un moyen de pression.

Selon les autorités danoises, les incidents sont sans conséquences pour la sécurité ou la santé des riverains. L'impact environnemental direct devrait lui aussi être limité, même si le gaz naturel non brûlé a un puissant effet de serre.

"Toute perturbation délibérée des infrastructures énergétiques européennes est totalement inacceptable et fera l'objet d'une réponse vigoureuse et unie", a affirmé le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. Les informations disponibles à ce stade indiquent que les fuites provoquées par des explosions sur ces installations sous-marines reliant la Russie à l'Allemagne résultent d'un "acte délibéré", a ajouté le responsable européen dans une déclaration au nom des 27 Etats membres de l'UE.Moscou a de son côté récusé les soupçons "assez prévisibles" émis à son encontre par certaines capitales, estimant que cela était "stupide et absurde". Les fuites touchant Nord Stream 1 et 2 sont "problématiques" pour Moscou, car le gaz russe qui s'en échappe "coûte très cher", a fait valoir le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov. Mardi, la Russie s'était dite "extrêmement préoccupée", estimant qu'il ne fallait exclure "aucune" hypothèse, dont le sabotage. Mercredi, elle a même sommé Joe Biden de dire si les Etats-Unis sont derrière ces fuites. "Le président américain est obligé de répondre à la question de savoir si les États-Unis ont mis à exécution leur menace", a lancé la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova, en référence à une déclaration de M. Biden avant la guerre russe en Ukraine. "Si la Russie envahit (l'Ukraine), alors il n'y aura plus de Nord Stream 2", avait-il affirmé le 7 février.L'inspection des deux gazoducs endommagés par des explosions sous-marines au large d'une île dans la Baltique ne pourra se faire avant une à deux semaines en raison des remous, a indiqué le ministre danois de la Défense Morten Bødskov. Les fuites qui ont suivi les explosions, identifiées depuis lundi au large de l'île danoise de Bornholm, entre le sud de la Suède et la Pologne, sont visibles à la surface avec de vastes bouillonnements.Le gazoduc Nord Stream 2 avait subi une forte chute de pression lundi, suivi quelques heures plus tard de Nord Stream 1, dont il suit le tracé sous la Baltique. La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen avait déjà évoqué mardi soir "un acte de sabotage" après s'être entretenue avec la Première ministre danoise Mette Frederiksen. Mme Frederiksen a elle aussi assuré qu'il s'agissait "d'actes libérés" et pas d'un "accident". Il s'agit "probablement de sabotage", avait renchéri la Première ministre suédoise démissionnaire Magdalena Andersson. Comme le Danemark, la Suède n'y voit pas un acte d'agression contre elle, les incidents ayant eu lieu en dehors des eaux territoriales, dans les zones économiques exclusives.Bras de ferObjets de bras de fer géopolitiques ces derniers mois, les deux pipelines exploités par un consortium dépendant du géant russe Gazprom ne sont pas opérationnels à cause des conséquences de la guerre en Ukraine. Mais tous les deux étaient encore remplis de gaz.A Kiev, le conseiller de la présidence ukrainienne, Mykhaïlo Podoliak, a dénoncé "une attaque terroriste planifiée" par Moscou, sans avancer de preuves. Le Premier ministre polonais a également suggéré une implication russe. "Nous voyons clairement que c'est un acte de sabotage, qui marque probablement la prochaine étape de l'escalade de la situation en Ukraine", a déclaré Mateusz Morawiecki, qui inaugurait justement mardi un gazoduc reliant la Norvège à la Pologne. Stockholm et Copenhague en revanche se sont refusé à ce stade à évoquer sur de possibles responsables.ReprésaillesNord Stream 2, achevé en 2021, était destiné à doubler la capacité d'importation de gaz russe en Allemagne. Sa mise en service a été suspendue en représailles à l'invasion de l'Ukraine.La navigation a été interdite dans un rayon de cinq milles nautiques (environ neuf kilomètres) autour des trois fuites, ainsi que leur survol dans un rayon d'un kilomètre.Ces fuites éloignent la perspective d'une reprise prochaine des livraisons de gaz à l'Europe via Nord Stream 1. Gazprom a progressivement réduit les volumes de gaz livrés jusqu'à la fermeture complète du gazoduc fin août, accusant les sanctions occidentales d'avoir retardé les réparations nécessaires de l'installation. Les Européens, très dépendants du gaz russe pour se chauffer cet hiver, accusent de leur côté Moscou d'utiliser les livraisons comme un moyen de pression.Selon les autorités danoises, les incidents sont sans conséquences pour la sécurité ou la santé des riverains. L'impact environnemental direct devrait lui aussi être limité, même si le gaz naturel non brûlé a un puissant effet de serre.