Après avoir été formés à conduire des poids lourds et remplir les pompes à essence, environ 200 militaires - dont la moitié sont des chauffeurs - doivent être déployés dans le cadre de cette opération baptisée "Escalin". Ils seront dans un premier temps envoyés à Londres et dans le Sud-Est, où se concentrent les problèmes.

"Nous travaillons en étroite collaboration avec l'industrie pour aider à augmenter les stocks de carburant et il y a des signes d'amélioration dans les stocks des stations-service à travers le Royaume-Uni, la demande continuant de se stabiliser", a déclaré un porte-parole du gouvernement.

"Les stocks à Londres et dans le sud de l'Angleterre se reconstituent à un rythme légèrement plus lent que dans d'autres régions du Royaume-Uni, nous avons donc commencé à déployer du personnel militaire pour augmenter l'approvisionnement dans ces régions", a-t-il ajouté.

Des automobilistes à bout de nerfs

Même si le Premier ministre Boris Johnson a déclaré dimanche que la situation "s'apaise", 22% des stations-service à Londres et dans le sud-est de l'Angleterre n'ont pas de carburant, a précisé lundi le directeur exécutif de la Petrol Retailers Association, Gordon Balmer. Sur environ 1.100 stations-service avec lesquelles il était en contact dimanche, certaines étaient à court de carburant depuis plus d'une semaine.

"Nous espérons que la situation s'améliore cette semaine", a déclaré M. Balmer sur Sky News, tout en avertissant que cela pourrait prendre jusqu'à 10 jours pour reconstituer les stocks. Depuis une dizaine de jours, de longues files d'attente se forment devant les stations-service, confrontées à des problèmes d'approvisionnement dus à un manque de chauffeurs routiers (100.000 selon les professionnels).

Elles ont été marquées à certains endroits par des altercations entre automobilistes à bout de nerfs. Cette situation exceptionnelle est la dernière conséquence en date des pénuries de main-d'oeuvre causées par la pandémie et le Brexit, avec des problèmes de livraison touchant aussi les rayons des supermarchés, les chaînes de restauration rapide ou encore les pubs.

Après avoir été formés à conduire des poids lourds et remplir les pompes à essence, environ 200 militaires - dont la moitié sont des chauffeurs - doivent être déployés dans le cadre de cette opération baptisée "Escalin". Ils seront dans un premier temps envoyés à Londres et dans le Sud-Est, où se concentrent les problèmes. "Nous travaillons en étroite collaboration avec l'industrie pour aider à augmenter les stocks de carburant et il y a des signes d'amélioration dans les stocks des stations-service à travers le Royaume-Uni, la demande continuant de se stabiliser", a déclaré un porte-parole du gouvernement. "Les stocks à Londres et dans le sud de l'Angleterre se reconstituent à un rythme légèrement plus lent que dans d'autres régions du Royaume-Uni, nous avons donc commencé à déployer du personnel militaire pour augmenter l'approvisionnement dans ces régions", a-t-il ajouté.Des automobilistes à bout de nerfsMême si le Premier ministre Boris Johnson a déclaré dimanche que la situation "s'apaise", 22% des stations-service à Londres et dans le sud-est de l'Angleterre n'ont pas de carburant, a précisé lundi le directeur exécutif de la Petrol Retailers Association, Gordon Balmer. Sur environ 1.100 stations-service avec lesquelles il était en contact dimanche, certaines étaient à court de carburant depuis plus d'une semaine. "Nous espérons que la situation s'améliore cette semaine", a déclaré M. Balmer sur Sky News, tout en avertissant que cela pourrait prendre jusqu'à 10 jours pour reconstituer les stocks. Depuis une dizaine de jours, de longues files d'attente se forment devant les stations-service, confrontées à des problèmes d'approvisionnement dus à un manque de chauffeurs routiers (100.000 selon les professionnels). Elles ont été marquées à certains endroits par des altercations entre automobilistes à bout de nerfs. Cette situation exceptionnelle est la dernière conséquence en date des pénuries de main-d'oeuvre causées par la pandémie et le Brexit, avec des problèmes de livraison touchant aussi les rayons des supermarchés, les chaînes de restauration rapide ou encore les pubs.