Au deuxième trimestre, 1.810 personnes ont été victimes de fraude par phishing (hameçonnage), soit une hausse de 52% par rapport aux trois premiers mois de l'année. Le butin total de ces vols s'élève à 1.919.540 euros, mais tous ne sont pas égaux face aux larcins commis en ligne: certains clients ont perdu seulement 0,99 euro, tandis que d'autres ont vu plusieurs dizaines de milliers d'euros disparaître de leur compte.

Il demeure important d'informer les consommateurs des dangers du phishing, et du fait que les cybercriminels font constamment appel à de nouveaux canaux pour escroquer les gens. "Phishing" signifie littéralement "hameçonner" et c'est exactement ce que font ces cybercriminels. Ils multiplient les "appâts" sous forme de courriers électroniques, de messages via les réseaux sociaux, de "popups" et d'appels téléphoniques afin de se procurer des données d'identité, des numéros de carte bancaire ou encore le code PIN.

Febelfin rappelle les quelques règles de base de protection contre ce genre de vols: ne jamais communiquer ses données bancaires par téléphone, courriel ou sur les réseaux sociaux car une banque ne les demandera jamais via ces moyens de communication, ignorer les messages qui mènent vers un faux site et enfin n'effectuer ses virements qu'avec l'application habituelle de la banque ou via le site sécurisé.

Les victimes d'une fraude peuvent contacter leur banque et Card Stop afin de faire bloquer leur carte et/ou leur compte bancaires.