Maintenant que Macron a indiqué qu'il allait mettre son pays en reconfinement, les regards se tournent vers notre gouvernement qui lui aussi est pris en tenaille entre les médecins et les chefs d'entreprise.

Tous crient à l'aide mais pour des raisons différentes. Je n'aimerai pas être un politique en ce moment, car ils n'ont pas le choix entre le bien et le mal, mais juste entre le pire et le moindre mal comme l'écrivait Machiavel.

L'hiver sera long et rude pour certaines entreprises, dans le secteur du commerce, de l'hôtellerie, de la restauration, du spectacle, du tourisme, de l'événementiel, de l'aérien,... Toutes les entreprises de ces secteurs avaient déjà un genou par terre et elles risquent de déposer le deuxième d'ici quelques heures.

En réalité, ce deuxième genou est déjà à terre avant même que les décisions ne soient connues, car les gens sortent déjà moins, les consommateurs boudent déjà les magasins car ils n'ont aucune visibilité sur l'avenir et parce qu'ils ont peur physiquement de l'autre.

Donc, il se pourrait que le patron de Kinepolis ait raison. Il a déclaré à mes confrères du quotidien l'Echo qu'il préférait tout fermer avant même les décisions du gouvernement ce vendredi. Pour lui, la solution - à défaut de l'enchanter - consiste à ce qu'on prenne des mesures fortes mais qu'on cesse de tergiverser.

En bon chef d'entreprise, il rappelle en creux à nos politiques qu'ils doivent nous fixer un objectif précis, y faire adhérer les gens, être solidaires et sanctionner si nécessaire. En clair, toujours selon le patron de Kinepolis, mieux vaut une approche dure et sévère, mais de courte durée, que de trainer cette pandémie pendant des mois. C'est vrai que le patron de cette chaîne de cinémas reconnaît aussi que l'hiver sera rude car la deuxième vague sera plus pénible que la première, car les entreprises ont moins de réserves.

En résumé, oui, l'hiver est là, "winter is coming", mais après l'hiver viendra le printemps contrairement à ce qu'on pense. Demain, j'essaierai de vous dire pourquoi il faut y croire, sans jouer à l'autruche, je rappellerai modestement que les optimistes ont inventé l'avion, les pessimistes le parachute et pourquoi il faut rester dans l'avion !

Maintenant que Macron a indiqué qu'il allait mettre son pays en reconfinement, les regards se tournent vers notre gouvernement qui lui aussi est pris en tenaille entre les médecins et les chefs d'entreprise. Tous crient à l'aide mais pour des raisons différentes. Je n'aimerai pas être un politique en ce moment, car ils n'ont pas le choix entre le bien et le mal, mais juste entre le pire et le moindre mal comme l'écrivait Machiavel. L'hiver sera long et rude pour certaines entreprises, dans le secteur du commerce, de l'hôtellerie, de la restauration, du spectacle, du tourisme, de l'événementiel, de l'aérien,... Toutes les entreprises de ces secteurs avaient déjà un genou par terre et elles risquent de déposer le deuxième d'ici quelques heures. En réalité, ce deuxième genou est déjà à terre avant même que les décisions ne soient connues, car les gens sortent déjà moins, les consommateurs boudent déjà les magasins car ils n'ont aucune visibilité sur l'avenir et parce qu'ils ont peur physiquement de l'autre. Donc, il se pourrait que le patron de Kinepolis ait raison. Il a déclaré à mes confrères du quotidien l'Echo qu'il préférait tout fermer avant même les décisions du gouvernement ce vendredi. Pour lui, la solution - à défaut de l'enchanter - consiste à ce qu'on prenne des mesures fortes mais qu'on cesse de tergiverser. En bon chef d'entreprise, il rappelle en creux à nos politiques qu'ils doivent nous fixer un objectif précis, y faire adhérer les gens, être solidaires et sanctionner si nécessaire. En clair, toujours selon le patron de Kinepolis, mieux vaut une approche dure et sévère, mais de courte durée, que de trainer cette pandémie pendant des mois. C'est vrai que le patron de cette chaîne de cinémas reconnaît aussi que l'hiver sera rude car la deuxième vague sera plus pénible que la première, car les entreprises ont moins de réserves. En résumé, oui, l'hiver est là, "winter is coming", mais après l'hiver viendra le printemps contrairement à ce qu'on pense. Demain, j'essaierai de vous dire pourquoi il faut y croire, sans jouer à l'autruche, je rappellerai modestement que les optimistes ont inventé l'avion, les pessimistes le parachute et pourquoi il faut rester dans l'avion !