Quelle quantité de pétrole russe importent actuellement les Etats-Unis ?

En 2021, ce sont quelque 245 millions de barils de brut et produits pétroliers (8% du total des importations) qui ont alimenté le marché américain en provenance de Russie, qui était le quatrième fournisseur des Etats-Unis. C'était le chiffre le plus important jamais enregistré.

Pourquoi les Etats-Unis importent-ils du pétrole russe ?

Devenu exportateur net (exportation supérieures aux importations) en 2020, une première dans l'ère moderne, les Etats-Unis le sont restés en 2021. Premier producteur mondial, ils n'en ont pas moins importé environ trois milliards de barils l'an dernier.

Côte ouest et côte est des Etats-Unis complètent plus facilement leurs besoins avec des importations qu'en s'appuyant sur le pétrole produit aux Etats-Unis, pour des questions logistiques, selon l'association des producteurs de carburant et de produits pétrochimiques (AFPM).

Quel serait l'impact sur les prix de l'énergie aux Etats-Unis ?

Il est déjà effectif, car la Russie est l'objet, depuis la semaine dernière d'un quasi-embargo pétrolier de fait, explique Andy Lipow, du cabinet Lipow Oil Associates. Aux Etats-Unis, le prix du gallon d'essence (3,78 litres) a franchi dimanche 4 dollars et se rapproche de son record absolu (4,11 dollars), qui date de 2008.

Outre le prix de l'essence, la hausse du cours du pétrole "va être répercutée aux consommateurs" via les frais de chauffage, le prix des billets d'avion, les coûts de livraison et ceux de "tas de produits faits avec du pétrole", notamment le plastique, annonce M. Lipow.

Les Etats-Unis ont-ils les capacités pour compenser les importations russes ?

Sur le papier, les Etats-Unis disposent des réserves suffisantes pour pomper l'équivalent des barils russes perdus. Mais les capacités de production sont, pour l'heure, insuffisantes. Avec la pandémie de coronavirus, les compagnies pétrolières ont brutalement ralenti l'extraction, qui ne reprend que progressivement depuis l'an dernier et reste inférieure de 1,5 million de barils par jour à son niveau de mars 2020 (11,6 millions contre 13,1 il y a deux ans).

"Les producteurs ont été très prudents vis-à-vis de cette hausse des prix", explique Stephen Schork analyste et auteur du Schork Report. "Ils sont frileux à l'idée d'investir dans de nouveaux forages", dont le coût, en période de forte inflation, serait très élevé, avec une mise en oeuvre plus longue du fait des problèmes actuels d'approvisionnement en matériaux et équipements. "Et sachant à quel point ce marché est volatil, il n'y a pas de garantie de retour sur investissement", ajoute l'expert.

A la recherche d'alternatives: Iran, Venezuela ?

Première source étrangère de pétrole pour les Etats-Unis (61% des volumes), le Canada pourrait augmenter ses exportations vers son voisin américain, comme l'a déjà proposé, samedi, dans un tweet, la ministre de la province canadienne d'Alberta, Sonya Savage. Selon plusieurs médias américains, le gouvernement Biden a repris récemment contact avec le président vénézuélien Nicolas Maduro pour étudier l'assouplissement éventuel des sanctions qui visent le pays depuis 2019.

Par ailleurs, les Etats-Unis négocient activement avec l'Iran la relance de l'accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien. Un succès permettrait de lever les sanctions sur le pétrole iranien et d'ajouter 1,3 à 1,5 million de barils par jour sur le marché, selon Andy Lipow. Selon plusieurs médias américains, les conseillers de Joe Biden étudient aussi la possibilité d'un déplacement en Arabie Saoudite, pour tenter de convaincre le royaume de produire davantage d'or noir, ce qu'il s'est pour l'instant refusé à faire malgré la flambée des prix.

Quelles conséquences pour Joe Biden ?

L'accélération des prix du pétrole et de l'essence attiserait l'inflation, déjà au plus haut depuis 40 ans et qui vaut au chef de l'Etat américain de nombreuses critiques. Dans le même temps, la suppression des importations russes mettrait en lumière les réticences de Joe Biden à pousser les pétroliers américains à pomper davantage, pour favoriser la transition énergétique. Cette position lui vaut déjà de nombreux reproches dans le camp républicain.

"Vous voulez rendre le pétrole (russe) inutile? Montrer à Poutine que vous n'en avez pas besoin. C'est ce que permettra l'accélération de la transition énergétique", fait valoir Mark Brownstein, vice-président du fonds de défense de l'environnement (EDF).

Les Etats-Unis peuvent-ils convaincre les Européens de les suivre ?

Environ 30% des besoins de l'Europe en pétrole sont assurés par la Russie, contre 8% seulement pour les Etats-Unis. Lundi, le chancelier allemand Olaf Scholz a marqué son désaccord avec un éventuel embargo, estimant que l'approvisionnement de l'Europe "ne (pouvait) pas être assuré autrement pour le moment".

En 2021, ce sont quelque 245 millions de barils de brut et produits pétroliers (8% du total des importations) qui ont alimenté le marché américain en provenance de Russie, qui était le quatrième fournisseur des Etats-Unis. C'était le chiffre le plus important jamais enregistré.Devenu exportateur net (exportation supérieures aux importations) en 2020, une première dans l'ère moderne, les Etats-Unis le sont restés en 2021. Premier producteur mondial, ils n'en ont pas moins importé environ trois milliards de barils l'an dernier. Côte ouest et côte est des Etats-Unis complètent plus facilement leurs besoins avec des importations qu'en s'appuyant sur le pétrole produit aux Etats-Unis, pour des questions logistiques, selon l'association des producteurs de carburant et de produits pétrochimiques (AFPM).Il est déjà effectif, car la Russie est l'objet, depuis la semaine dernière d'un quasi-embargo pétrolier de fait, explique Andy Lipow, du cabinet Lipow Oil Associates. Aux Etats-Unis, le prix du gallon d'essence (3,78 litres) a franchi dimanche 4 dollars et se rapproche de son record absolu (4,11 dollars), qui date de 2008.Outre le prix de l'essence, la hausse du cours du pétrole "va être répercutée aux consommateurs" via les frais de chauffage, le prix des billets d'avion, les coûts de livraison et ceux de "tas de produits faits avec du pétrole", notamment le plastique, annonce M. Lipow.Sur le papier, les Etats-Unis disposent des réserves suffisantes pour pomper l'équivalent des barils russes perdus. Mais les capacités de production sont, pour l'heure, insuffisantes. Avec la pandémie de coronavirus, les compagnies pétrolières ont brutalement ralenti l'extraction, qui ne reprend que progressivement depuis l'an dernier et reste inférieure de 1,5 million de barils par jour à son niveau de mars 2020 (11,6 millions contre 13,1 il y a deux ans)."Les producteurs ont été très prudents vis-à-vis de cette hausse des prix", explique Stephen Schork analyste et auteur du Schork Report. "Ils sont frileux à l'idée d'investir dans de nouveaux forages", dont le coût, en période de forte inflation, serait très élevé, avec une mise en oeuvre plus longue du fait des problèmes actuels d'approvisionnement en matériaux et équipements. "Et sachant à quel point ce marché est volatil, il n'y a pas de garantie de retour sur investissement", ajoute l'expert.Première source étrangère de pétrole pour les Etats-Unis (61% des volumes), le Canada pourrait augmenter ses exportations vers son voisin américain, comme l'a déjà proposé, samedi, dans un tweet, la ministre de la province canadienne d'Alberta, Sonya Savage. Selon plusieurs médias américains, le gouvernement Biden a repris récemment contact avec le président vénézuélien Nicolas Maduro pour étudier l'assouplissement éventuel des sanctions qui visent le pays depuis 2019.Par ailleurs, les Etats-Unis négocient activement avec l'Iran la relance de l'accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien. Un succès permettrait de lever les sanctions sur le pétrole iranien et d'ajouter 1,3 à 1,5 million de barils par jour sur le marché, selon Andy Lipow. Selon plusieurs médias américains, les conseillers de Joe Biden étudient aussi la possibilité d'un déplacement en Arabie Saoudite, pour tenter de convaincre le royaume de produire davantage d'or noir, ce qu'il s'est pour l'instant refusé à faire malgré la flambée des prix.L'accélération des prix du pétrole et de l'essence attiserait l'inflation, déjà au plus haut depuis 40 ans et qui vaut au chef de l'Etat américain de nombreuses critiques. Dans le même temps, la suppression des importations russes mettrait en lumière les réticences de Joe Biden à pousser les pétroliers américains à pomper davantage, pour favoriser la transition énergétique. Cette position lui vaut déjà de nombreux reproches dans le camp républicain."Vous voulez rendre le pétrole (russe) inutile? Montrer à Poutine que vous n'en avez pas besoin. C'est ce que permettra l'accélération de la transition énergétique", fait valoir Mark Brownstein, vice-président du fonds de défense de l'environnement (EDF).Environ 30% des besoins de l'Europe en pétrole sont assurés par la Russie, contre 8% seulement pour les Etats-Unis. Lundi, le chancelier allemand Olaf Scholz a marqué son désaccord avec un éventuel embargo, estimant que l'approvisionnement de l'Europe "ne (pouvait) pas être assuré autrement pour le moment".