Actuellement, avec une TVA à 21%, on s'achemine vers une indexation des allocations sociales et des pensions au mois de mai (deux mois seulement après celle de mars) et des salaires dans la fonction publique au mois de juin (après celle d'avril).

Certaines commissions paritaires du secteur privé suivent également l'indexation mois par mois (les secteurs financiers et de l'énergie notamment).

Si on intègre comme élément nouveau la diminution de la TVA sur l'électricité à 6% d'avril à juillet, l'indexation des allocations sociales et des pensions serait reportée de six mois, à décembre 2022.

Quant à l'indexation des salaires de fonctionnaires, elle serait reportée à décembre 2022. D'après Thomas Greuse, économiste au service d'études de la CSC, la TVA à 6% et le chèque énergie ne seront pas suffisants pour compenser le report de cinq mois de l'indexation des salaires et des allocations.

Actuellement, avec une TVA à 21%, on s'achemine vers une indexation des allocations sociales et des pensions au mois de mai (deux mois seulement après celle de mars) et des salaires dans la fonction publique au mois de juin (après celle d'avril). Certaines commissions paritaires du secteur privé suivent également l'indexation mois par mois (les secteurs financiers et de l'énergie notamment).Si on intègre comme élément nouveau la diminution de la TVA sur l'électricité à 6% d'avril à juillet, l'indexation des allocations sociales et des pensions serait reportée de six mois, à décembre 2022. Quant à l'indexation des salaires de fonctionnaires, elle serait reportée à décembre 2022. D'après Thomas Greuse, économiste au service d'études de la CSC, la TVA à 6% et le chèque énergie ne seront pas suffisants pour compenser le report de cinq mois de l'indexation des salaires et des allocations.