"Bien que la majorité des entreprises (60%) envisage l'avenir de manière positive en ce qui concerne la croissance de leurs activités, de nombreux employeurs belges sont confrontés à un défi de taille, car ils ne seront pas en mesure d'accorder une augmentation de salaire à leur personnel", explique Robert Half.

A peine 14% des personnes interrogées prévoient néanmoins d'accorder des primes plus élevées en 2022 et de manifester leur reconnaissance par des avantages extralégaux, mais une véritable augmentation salariale n'est actuellement pas envisageable pour de nombreux managers.

"Les entreprises souhaitent récompenser leur personnel pour leur travail durement accompli, dans un climat loin d'être facile. Cependant, elles n'ont souvent pas les moyens de montrer leur reconnaissance par une augmentation salariale. Il est donc important que les employeurs se concentrent sur ce qu'ils peuvent faire, surtout dans un environnement où la guerre des talents fait rage. Il est intéressant de penser aux primes, aux avantages extra-légaux et à une politique attractive et claire de flexibilité du package salarial", explique Joël Poilvache, directeur chez Robert Half.

37% des managers interrogés ont cité les bas salaires et l'impossibilité d'offrir des augmentations salariales comme principal défi pour retenir les talents. Cela peut également constituer un obstacle de taille pour attirer de nouveaux employés. 9% indiquent que le fait de ne pas pouvoir répondre aux attentes salariales des employés potentiels rend difficile la recherche de nouveaux talents, ajoute Robert Half dans son étude.

Optimiser les installations pour être plus rentable?

Nous nous habituons de plus en plus à ce que l'on appelle 'le nouveau mode de travail'. Pourtant, pour de nombreuses entreprises - ainsi que leurs employés - il s'agit encore de trouver la meilleure façon de gérer le travail hybride. Ce faisant, les entreprises cherchent également à optimiser l'utilisation de leurs installations afin d'être aussi rentables que possible. Par exemple, 38% des employeurs interrogés envisagent de réduire leur espace de bureau.

"L'idée d'une entreprise dans laquelle chaque employé travaille chaque jour à son propre bureau est devenue un peu dépassée. Par conséquent, les entreprises permettront également à leur espace de bureau d'évoluer avec la flexibilité qu'apporte le télétravail. Le budget ainsi libéré pourra ensuite être utilisé à d'autres fins ", affirme Joël Poilvache.

12% des employeurs pensent que la moitié de leur personnel, voire plus, travaillera à temps plein à domicile, alors que 20% des managers souhaitent que leur équipe revienne au bureau à temps plein.

"Bien que la majorité des entreprises (60%) envisage l'avenir de manière positive en ce qui concerne la croissance de leurs activités, de nombreux employeurs belges sont confrontés à un défi de taille, car ils ne seront pas en mesure d'accorder une augmentation de salaire à leur personnel", explique Robert Half. A peine 14% des personnes interrogées prévoient néanmoins d'accorder des primes plus élevées en 2022 et de manifester leur reconnaissance par des avantages extralégaux, mais une véritable augmentation salariale n'est actuellement pas envisageable pour de nombreux managers. "Les entreprises souhaitent récompenser leur personnel pour leur travail durement accompli, dans un climat loin d'être facile. Cependant, elles n'ont souvent pas les moyens de montrer leur reconnaissance par une augmentation salariale. Il est donc important que les employeurs se concentrent sur ce qu'ils peuvent faire, surtout dans un environnement où la guerre des talents fait rage. Il est intéressant de penser aux primes, aux avantages extra-légaux et à une politique attractive et claire de flexibilité du package salarial", explique Joël Poilvache, directeur chez Robert Half. 37% des managers interrogés ont cité les bas salaires et l'impossibilité d'offrir des augmentations salariales comme principal défi pour retenir les talents. Cela peut également constituer un obstacle de taille pour attirer de nouveaux employés. 9% indiquent que le fait de ne pas pouvoir répondre aux attentes salariales des employés potentiels rend difficile la recherche de nouveaux talents, ajoute Robert Half dans son étude.Nous nous habituons de plus en plus à ce que l'on appelle 'le nouveau mode de travail'. Pourtant, pour de nombreuses entreprises - ainsi que leurs employés - il s'agit encore de trouver la meilleure façon de gérer le travail hybride. Ce faisant, les entreprises cherchent également à optimiser l'utilisation de leurs installations afin d'être aussi rentables que possible. Par exemple, 38% des employeurs interrogés envisagent de réduire leur espace de bureau."L'idée d'une entreprise dans laquelle chaque employé travaille chaque jour à son propre bureau est devenue un peu dépassée. Par conséquent, les entreprises permettront également à leur espace de bureau d'évoluer avec la flexibilité qu'apporte le télétravail. Le budget ainsi libéré pourra ensuite être utilisé à d'autres fins ", affirme Joël Poilvache.12% des employeurs pensent que la moitié de leur personnel, voire plus, travaillera à temps plein à domicile, alors que 20% des managers souhaitent que leur équipe revienne au bureau à temps plein.