A supposer qu'elle soit exacte, cette annonce est pourtant, si on réfléchit, fort surprenante. Il s'agit d'un gouvernement présidé par un MR, qui a succédé, après d'âpres discussions et un retournement de la part de son allié cdH, à un exécutif dirigé par un socialiste. L'expression " rage taxatoire " ne semble pas avoir été prononcée, mais il paraît logique qu'un président d'un parti qui se présente encore parfois sous les couleurs du libéralisme entende taxer moins que des socialistes. Et pourtant, ce gouvernement est fier de faire, sur le plan de la fiscalité, la même chose que son prédécesseur : ni plus, ni moins d'impôts que les socialistes. La seule marque de libéralisme est donc de cesser d'augmenter le poids de la fiscalité, sans même penser à la réduire.
...