Beaucoup d'Argentins, chez qui la crise du début des années 2000 avait laissé de terribles balafres, avaient juré de ne plus voir le Fonds monétaire international (FMI) remettre les pieds à Buenos Aires. Ils ont mordu leur chapeau ces derniers jours en voyant le président Mauricio Macri leur expliquer lors d'une allocution télévisée que son pays demandait à nouveau l'aide du fonds " afin de faire face au nouveau scénario (économique) mondial et éviter une crise comme celles auxquelles nous avons déjà dû faire précédemment au cours de notre...