"Cela ne change rien, que ces messieurs de la spéculation se rassurent, on ne retourne pas en arrière", a déclaré M. Salvini, patron de la Ligue (extrême droite) et homme fort du gouvernement de coalition avec le Mouvement 5 étoiles (M5S, populiste).

"Ils ne sont pas en train de s'attaquer à un gouvernement mais à un peuple. Ce sont des choses qui mettent les Italiens encore plus en colère et après on se plaint que la popularité de l'Union européenne soit au plus bas", a-t-il ajouté.

"Déviation claire et assumée"

Etablissant une première dans l'histoire de l'UE, la Commission européenne a rejeté mardi le projet de budget 2019, considéré comme nettement hors des clous européens.

"Nous ne sommes pas face à un cas 'borderline' mais face à une déviation claire, nette, assumée et par certains, revendiquée", a dénoncé le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, lors d'une conférence de presse à Strasbourg.

"Cela ne change rien, que ces messieurs de la spéculation se rassurent, on ne retourne pas en arrière", a déclaré M. Salvini, patron de la Ligue (extrême droite) et homme fort du gouvernement de coalition avec le Mouvement 5 étoiles (M5S, populiste). "Ils ne sont pas en train de s'attaquer à un gouvernement mais à un peuple. Ce sont des choses qui mettent les Italiens encore plus en colère et après on se plaint que la popularité de l'Union européenne soit au plus bas", a-t-il ajouté. Etablissant une première dans l'histoire de l'UE, la Commission européenne a rejeté mardi le projet de budget 2019, considéré comme nettement hors des clous européens. "Nous ne sommes pas face à un cas 'borderline' mais face à une déviation claire, nette, assumée et par certains, revendiquée", a dénoncé le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, lors d'une conférence de presse à Strasbourg.