Le chemin est "étroit" mais encore "praticable" et il promet "d'énormes bénéfices" tant en termes d'emploi que de croissance économique ou de santé, note l'AIE qui publie mardi, à six mois de la COP26 de l'ONU, une feuille de route permettant de conduire à cet objectif.

La "neutralité carbone", qui consiste à ne pas émettre plus de gaz à effet de serre que le monde ne peut en absorber, implique de changer de paysage énergétique avec un déclin accéléré de la demande en combustibles fossiles et une montée en puissance des renouvelables.

"Au-delà des projets déjà engagés en 2021, notre trajectoire ne prévoit aucun nouveau site pétrolier ou gazier," note ainsi l'Agence. "La baisse rapide de la demande de pétrole et de gaz naturel signifie qu'il n'y a pas d'exploration requise et qu'aucun champ gazier et pétrolier nouveau n'est nécessaire au-delà de ceux déjà approuvés".

Pour le charbon, le plus nocif, dont la consommation est repartie de plus belle, le monde doit déclarer la fin des décisions d'investissement pour de nouvelles centrales électriques.

Au contraire, le secteur électrique devra avoir atteint mondialement la neutralité carbone dès 2040. Ce qui impose d'installer d'ici à 2030 quatre fois plus de capacités solaires et éoliennes annuelles qu'en 2020, année record.

Pour 2050, l'Agence voit ainsi 90% de l'électricité venir des renouvelables, et une large part du reste du nucléaire. Les ressources fossiles ne fourniront plus qu'un cinquième de l'énergie (contre 4/5 aujourd'hui).

Mais pour cela, les ventes de voitures neuves à moteur thermique doivent cesser dès 2035. Les calculs de l'AIE rejoignent ainsi ceux de l'ONG Transport & Environment. Dans les faits pourtant, la plupart des constructeurs n'en sont pas là - même si quelques-uns sont plus allants.

L'efficacité énergétique devra aussi croître de 4% par an dès cette décennie, soit trois fois plus que le rythme moyen des deux dernières décennies.

- Coup de couteau, et défis -

"L'ampleur et la rapidité des efforts requis par cet objectif critique et formidable - notre meilleure chance d'affronter le changement climatique et de limiter le réchauffement global à 1,5°C - en font peut-être le plus grand défi que l'humanité n'ait jamais eu à relever," admet le directeur de l'AIE, Fatih Birol.

"Placer le monde sur cette trajectoire requiert une action forte de la part des gouvernements, soutenus par une coopération internationale bien plus importante", ajoute l'économiste, alors que quelque 785 millions de personnes sont encore sans électricité.

Au total, cette trajectoire ferait passer l'investissement dans le secteur énergétique à 5.000 milliards de dollars annuels d'ici à 2030. Ce qui ajouterait 0,4 point de croissance par an au PIB mondial, indique l'AIE dans une analyse menée avec le FMI.

Les défis ne manquent pas, inhérents à la part accrue de l'électricité, par exemple au besoin en métaux rares, nécessaires aux technologies nouvelles mais concentrés dans un petit nombre de pays et porteurs d'instabilité si le marché n'est pas organisé, insiste l'AIE.

Enfin le scénario repose en partie sur des technologies encore indisponibles.

En 2050, près de la moitié des réductions d'émissions de CO2 viendront de technologies aujourd'hui au stade de la démonstration, dit l'AIE: batteries avancées, hydrogène vert compétitif, mais aussi systèmes de captage et stockage du CO2 (CCS), solution qui fait l'objet de débats au sein des experts du climat.

Dave Jones, du think tank Ember, spécialisé dans l'énergie, voit dans ce rapport "un revirement complet par rapport à l'AIE orientée fossiles d'il y a 5 ans": "un vrai couteau planté dans l'industrie des énergies fossiles".

Le chemin est "étroit" mais encore "praticable" et il promet "d'énormes bénéfices" tant en termes d'emploi que de croissance économique ou de santé, note l'AIE qui publie mardi, à six mois de la COP26 de l'ONU, une feuille de route permettant de conduire à cet objectif.La "neutralité carbone", qui consiste à ne pas émettre plus de gaz à effet de serre que le monde ne peut en absorber, implique de changer de paysage énergétique avec un déclin accéléré de la demande en combustibles fossiles et une montée en puissance des renouvelables."Au-delà des projets déjà engagés en 2021, notre trajectoire ne prévoit aucun nouveau site pétrolier ou gazier," note ainsi l'Agence. "La baisse rapide de la demande de pétrole et de gaz naturel signifie qu'il n'y a pas d'exploration requise et qu'aucun champ gazier et pétrolier nouveau n'est nécessaire au-delà de ceux déjà approuvés".Pour le charbon, le plus nocif, dont la consommation est repartie de plus belle, le monde doit déclarer la fin des décisions d'investissement pour de nouvelles centrales électriques.Au contraire, le secteur électrique devra avoir atteint mondialement la neutralité carbone dès 2040. Ce qui impose d'installer d'ici à 2030 quatre fois plus de capacités solaires et éoliennes annuelles qu'en 2020, année record.Pour 2050, l'Agence voit ainsi 90% de l'électricité venir des renouvelables, et une large part du reste du nucléaire. Les ressources fossiles ne fourniront plus qu'un cinquième de l'énergie (contre 4/5 aujourd'hui).Mais pour cela, les ventes de voitures neuves à moteur thermique doivent cesser dès 2035. Les calculs de l'AIE rejoignent ainsi ceux de l'ONG Transport & Environment. Dans les faits pourtant, la plupart des constructeurs n'en sont pas là - même si quelques-uns sont plus allants.L'efficacité énergétique devra aussi croître de 4% par an dès cette décennie, soit trois fois plus que le rythme moyen des deux dernières décennies.- Coup de couteau, et défis -"L'ampleur et la rapidité des efforts requis par cet objectif critique et formidable - notre meilleure chance d'affronter le changement climatique et de limiter le réchauffement global à 1,5°C - en font peut-être le plus grand défi que l'humanité n'ait jamais eu à relever," admet le directeur de l'AIE, Fatih Birol."Placer le monde sur cette trajectoire requiert une action forte de la part des gouvernements, soutenus par une coopération internationale bien plus importante", ajoute l'économiste, alors que quelque 785 millions de personnes sont encore sans électricité.Au total, cette trajectoire ferait passer l'investissement dans le secteur énergétique à 5.000 milliards de dollars annuels d'ici à 2030. Ce qui ajouterait 0,4 point de croissance par an au PIB mondial, indique l'AIE dans une analyse menée avec le FMI.Les défis ne manquent pas, inhérents à la part accrue de l'électricité, par exemple au besoin en métaux rares, nécessaires aux technologies nouvelles mais concentrés dans un petit nombre de pays et porteurs d'instabilité si le marché n'est pas organisé, insiste l'AIE.Enfin le scénario repose en partie sur des technologies encore indisponibles.En 2050, près de la moitié des réductions d'émissions de CO2 viendront de technologies aujourd'hui au stade de la démonstration, dit l'AIE: batteries avancées, hydrogène vert compétitif, mais aussi systèmes de captage et stockage du CO2 (CCS), solution qui fait l'objet de débats au sein des experts du climat.Dave Jones, du think tank Ember, spécialisé dans l'énergie, voit dans ce rapport "un revirement complet par rapport à l'AIE orientée fossiles d'il y a 5 ans": "un vrai couteau planté dans l'industrie des énergies fossiles".