Certes, au cours des dernières années, la croissance positive, les efforts d'assainissement opérés un peu partout en Europe et les taux bas ont un peu relâché la contrainte pesant sur les gouvernements, en réduisant les déficits et en améliorant la soutenabilité à long terme des dettes. Mais il ne faut pas se voiler la face, les marges de manoeuvre restent très étroites dans une partie des pays de la zone euro, dont la Belgique. C'est d'autant plus inconfortable que les demandes à l'adresse des pouvoirs publics se multiplient : plus de pouvoir d'achat, plus de pensions, etc. S'y ajoute à présent la demande de financer une transition écologique.
...