Il sera composé d'acteurs de terrain tels que les juges des tribunaux de commerce, des comptables, le SNI ou encore l'UCM. Ceux-ci seront chargés de repérer les indépendants qui ont besoin d'aide et de les rediriger ...

Il sera composé d'acteurs de terrain tels que les juges des tribunaux de commerce, des comptables, le SNI ou encore l'UCM. Ceux-ci seront chargés de repérer les indépendants qui ont besoin d'aide et de les rediriger vers le centre d'appel 1718 afin qu'une prise de contact soit initiée avec un psychologue. L'idée est de faire le lien entre ces acteurs de terrain qui enregistrent les angoisses des indépendants et un service de soutien psychologique à l'ensemble de la population wallonne qui existe déjà, le 1718. L'objectif de l'initiative est bien évidemment d'éviter des drames sociaux en cascade, mais aussi de soutenir l'emploi dont les perspectives sont au plus bas. Comme on le sait, nombreux sont les indépendants frappés par la crise qui font face à des difficultés pour joindre les deux bouts et qui ne savent pas s'ils vont s'en sortir. Avenir incertain, faillite : " la détresse est réelle ", dixit l'UCM. Selon certains chiffres, 30 % des appels enregistrés par le 1718 viendraient déjà d'indépendants frappés par la fermeture de leur magasin ou de leur entreprise.