Le fisc belge a ainsi reçu 2.643 dénonciations l'an dernier, soit 91 de moins qu'en 2016. Le chiffre de 2016 était lui-même déjà en légère baisse par rapport à l'année qui avait précédé.

Les dénonciations peuvent se faire via "divers canaux", précise la porte-parole du SPF Finances, Florence Angelici: "le contact center, les contrôleurs, les services de taxation, le courrier", ou encore les mails. Un dossier est systématiquement ouvert pour chaque dénonciation, assure-t-elle.

"On va ensuite vérifier s'il y a suffisamment d'éléments pour éventuellement démarrer un contrôle", ajoute la porte-parole du SPF Finances, qui précise ne "pas encourager les dénonciations".

"Par rapport au nombre de contrôles que nous effectuons", les dénonciations "restent extrêmement marginales", est-il ajouté.