Pas facile d'être un banquier central ces dernières années. A droite, on vous reproche d'avoir gonflé de manière inconsidérée votre bilan et d'avoir jeté l'argent par les fenêtres. A gauche, on vous presse de faire tourner encore la planche à billets pour insuffler davantage de monnaie dans l'économie. Et d'un côté comme de l'autre, on se demande si, finalement, les banques centrales ne feraient pas mieux d'abandonner leur indépendance et de prendre à nouveau leurs ordres du côté des gouvernements.
...