En 2025, la Flandre introduira une consigne sur les bouteilles en plastique et les canettes. Entre-temps, divers producteurs seront invités à participer au financement de la collecte des déchets sauvages issus de leur activité.
...

En 2025, la Flandre introduira une consigne sur les bouteilles en plastique et les canettes. Entre-temps, divers producteurs seront invités à participer au financement de la collecte des déchets sauvages issus de leur activité. La première industrie visée est celle du tabac, victime du "succès" de ses produits. Omniprésents, les mégots de cigarettes représentent en effet 41% des déchets sauvages et sont, compte tenu de leur structure, difficilement dégradables. C'est la raison pour laquelle Zuhal Demir, ministre flamande de l'Environnement, a déposé un projet de décret invitant les industriels du tabac à intervenir à hauteur de 25 millions d'euros dans le coût total de la collecte des déchets sauvages estimée à 150 millions d'euros par an. D'autres producteurs, tels les fabricants d'emballages alimentaires ou de lingettes jetables, seront également placés devant leurs responsabilités.Le problème des bouteilles plastiques et des canettes est plus épineux. En quantité, elles ne totalisent que 5,3% des déchets sauvages. En volume, par contre, leur quote-part atteint 35%. Pour en venir à bout, la Flandre envisage une formule de consigne numérique de 20 à 25 centimes avec un système de scanner par QR code. Intellectuellement séduisant, pareil dispositif pose néanmoins problème dans la mesure où il permet de cartographier individuellement le comportement de chaque citoyen en matière de tri. D'autant qu'il faudra aussi trouver des solutions pour les personnes dépourvues de smartphones. Quoi qu'il en soit, des projets pilotes gérés par l'Ovam, l'Office en charge de la gestion et de la prévention des déchets, seront lancés dès cette année afin de valider les formules les plus adéquates avant 2025.