Fabriquer de l'hydrogène au départ d'énergies fossiles n'a pas de sens. Avec la multiplication des sources d'énergie renouvelable, en revanche, de nouveaux horizons s'ouvrent. Le problème majeur des éoliennes et des panneaux solaires est que leur productivité dépend des caprices de la météo et que l'électricité, constituée d'un flux constant d'électrons qui se déplace...

Fabriquer de l'hydrogène au départ d'énergies fossiles n'a pas de sens. Avec la multiplication des sources d'énergie renouvelable, en revanche, de nouveaux horizons s'ouvrent. Le problème majeur des éoliennes et des panneaux solaires est que leur productivité dépend des caprices de la météo et que l'électricité, constituée d'un flux constant d'électrons qui se déplacent dans un conducteur, ne se stocke pas. Pour la stocker, il faut nécessairement la convertir sous une autre forme, des batteries par exemple. C'est là qu'intervient l'hydrogène. Traditionnellement fabriqué au départ de gaz naturel ou de charbon de bois gazéifié, l'hydrogène peut également être obtenu par électrolyse de l'eau. Le procédé est connu depuis longtemps. Pas vraiment compétitif, il pourrait toutefois le devenir à partir du moment où il est enclenché pour écrêter des surplus de production qui, autrement, seraient perdus. Tel est le raisonnement qui a débouché sur la construction à Ostende d'une unité de production d'hydrogène vert, c'est-à-dire produit au départ de sources d'énergie qui sont elles-mêmes vertes. Après la construction d'un électrolyseur expérimental d'environ 50 MW, une usine d'une capacité d'un demi à un million de tonnes d'hydrogène par an devrait entrer en fonction dès 2025. Entre-temps, la construction d'un réseau électrique terrestre alimenté en hydrogène vert sera entamée en 2022. Le projet est conduit par DEME, une filiale de CFE, groupe redevenu belge depuis l'OPA lancée en 2013 sur ce constructeur par le groupe anversois Ackermans & van Haaren. Spécialisé dans le dragage, l'ingénierie maritime et l'assainissement environnemental, DEME a réalisé en 2018 un chiffre d'affaires de 2,6 milliards d'euros. Les autres partenaires sont le Port d'Ostende ainsi que la société d'investissement PMV (Participatie Maatschappij Vlaanderen).