La Vivaldi avait promis un plan à long terme pour le développement du rail en Belgique. Une compétence qui revient à Georges Gilkinet, le ministre fédéral de la Mobilité. Depuis quelques semaines, une ébauche de sa Vision pour 2040 est soumise pour avis à différentes instances avant d'atterrir sur la table du Conseil des ministres.

Que contient ce plan? D'abord, il s'agit de doubler la part du rail dans les déplacements des Belges: de 8% aujourd'hui à 15% en 2040. Ensuite, le plan évoque une offre de deux trains par heure, au minimum, dans chaque gare avec des fréquences cadencées. Mais aussi jusqu'à quatre trains par heure pour l'offre S autour de la capitale ou les omnibus. "Cadencé" implique les mêmes horaires toute la journée comme cela se fait en Suisse et des horaires symétriques pour les allers-retours. Cela suppose une réorganisation profonde des horaires et de la fréquentation des voies mais aussi plus de personnel à la SNCB et chez Infrabel et plus de matériel roulant. L'idée sous-jacente de la cadence est de faciliter l'intermodalité à la sortie des gares.

D'ici à 2040, il s'agit aussi de doubler le volume de fret transporté et de verdir le rail. Soit utiliser de l'électricité 100% verte et/ou de l'hydrogène mais aussi d'arriver à la neutralité carbone dans les gares et les ateliers.

La Vivaldi avait promis un plan à long terme pour le développement du rail en Belgique. Une compétence qui revient à Georges Gilkinet, le ministre fédéral de la Mobilité. Depuis quelques semaines, une ébauche de sa Vision pour 2040 est soumise pour avis à différentes instances avant d'atterrir sur la table du Conseil des ministres. Que contient ce plan? D'abord, il s'agit de doubler la part du rail dans les déplacements des Belges: de 8% aujourd'hui à 15% en 2040. Ensuite, le plan évoque une offre de deux trains par heure, au minimum, dans chaque gare avec des fréquences cadencées. Mais aussi jusqu'à quatre trains par heure pour l'offre S autour de la capitale ou les omnibus. "Cadencé" implique les mêmes horaires toute la journée comme cela se fait en Suisse et des horaires symétriques pour les allers-retours. Cela suppose une réorganisation profonde des horaires et de la fréquentation des voies mais aussi plus de personnel à la SNCB et chez Infrabel et plus de matériel roulant. L'idée sous-jacente de la cadence est de faciliter l'intermodalité à la sortie des gares. D'ici à 2040, il s'agit aussi de doubler le volume de fret transporté et de verdir le rail. Soit utiliser de l'électricité 100% verte et/ou de l'hydrogène mais aussi d'arriver à la neutralité carbone dans les gares et les ateliers.