La congestion augmente notamment sur les routes secondaires et particulièrement pendant les heures creuses de la journée. Les trajets sont plus répartis et les gens évitent de plus en plus les trajets inutiles en heures de pointe, explique Touring. "Les gens vont au bureau plus tôt ou plus tard, juste avant ou après les heures de pointe, et reportent les déplacements inutiles et pour les loisirs."

Toujours selon le baromètre, des embouteillages cumulés de plus de 400 kilomètres n'ont été constatés que durant 5 heures, soit beaucoup moins que l'an dernier. "C'est probablement dû à la douceur de l'hiver et aux mois secs de cette année", estime l'organisation de la mobilité. "Les embouteillages les plus longs sont généralement causés par la neige et les précipitations."

La congestion augmente notamment sur les routes secondaires et particulièrement pendant les heures creuses de la journée. Les trajets sont plus répartis et les gens évitent de plus en plus les trajets inutiles en heures de pointe, explique Touring. "Les gens vont au bureau plus tôt ou plus tard, juste avant ou après les heures de pointe, et reportent les déplacements inutiles et pour les loisirs." Toujours selon le baromètre, des embouteillages cumulés de plus de 400 kilomètres n'ont été constatés que durant 5 heures, soit beaucoup moins que l'an dernier. "C'est probablement dû à la douceur de l'hiver et aux mois secs de cette année", estime l'organisation de la mobilité. "Les embouteillages les plus longs sont généralement causés par la neige et les précipitations."