Le dossier Nethys, c'est comme les Galeries Lafayette : il s'y passe toujours quelque chose. Ces derniers jours n'ont donc pas dérogé, avec notamment de nouvelles informations, d'abord sur le plan judiciaire avec un arrêt rassurant de la Cour constitutionnelle, puis sur le gel des avoirs de Stéphane Moreau, sur de nouvelles informations concernant les ventes d'actifs et, enfin, sur le futur de l'intercommunale...
...

Le dossier Nethys, c'est comme les Galeries Lafayette : il s'y passe toujours quelque chose. Ces derniers jours n'ont donc pas dérogé, avec notamment de nouvelles informations, d'abord sur le plan judiciaire avec un arrêt rassurant de la Cour constitutionnelle, puis sur le gel des avoirs de Stéphane Moreau, sur de nouvelles informations concernant les ventes d'actifs et, enfin, sur le futur de l'intercommunale... Reprenons. La Cour constitutionnelle a été assez finaude pour, dans un arrêt rendu la semaine dernière, confirmer l'essentiel du décret " gouvernance " wallon et donc, des décisions qui avaient été prises sur la base de ce texte dans le dossier Enodia/Nethys pour rétablir la bonne gouvernance dans cet ensemble. La Cour n'annule que les aspects du décret concernant les compagnies d'assurance et qui justifiaient la montée au créneau de L'Intégrale. Cet assureur liégeois lié à Nethys estimait entre autres que ce décret le mettait dans une situation impossible avec, d'un côté, la tutelle de la BNB et, de l'autre, celle de la Région wallonne. Maintenant que le décret est confirmé, les décisions de la tutelle wallonne à l'encontre de l'ancien management que le ministre wallon en charge des pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, compare à des " oligarques russes " restent donc valables et continuent de donner lieu à divers actes judiciaires. Un des plus spectaculaires a été la saisie de 8 millions d'euros sur les comptes bancaires de Stéphane Moreau, l'ancien CEO de Nethys qui avait bénéficié d'indemnités diverses, variées et sujettes à suspicion, atteignant 11,6 millions d'euros. Dans un entretien accordé voici quelques jours à nos confrères de l'Echo, le ministre Pierre-Yves Dermagne a également dévoilé quelques petites idées sur le futur du groupe une fois qu'il sera délesté de certains de ses actifs : le câblo-opérateur Voo, qui est en train d'être vendu au fonds Providence, et le groupe de presse L'Avenir, dont le processus de vente est lancé. " J'invite la province de Liège et les actionnaires communaux de Nethys à réfléchir à l'avenir du groupe et à la manière dont il peut participer au redéploiement économique du bassin liégeois et de la Wallonie ", précise le ministre wallon qui note qu'il y aurait avantage à " élargir l'actionnariat de Nethys à Noshaq ou la SRIW ". On éviterait ainsi le fameux " entre-soi " qui avait permis les dérapages que l'on connaît dans la gouvernance du groupe. A bonne source, on dit que " c'est une piste envisagée, mais [que] le ministre n'est pas le seul compétent ". Si cette idée n'a pas encore été discutée au gouvernement wallon, ce n'est cependant pas une idée en l'air... A suivre, donc.