"Je vais proposer d'harmoniser les bases de l'impôt sur les sociétés", a affirmé sur Europe 1 le commissaire européen, qui a plaidé pour recréer "une Europe unie et intégrée".

"Il faut faire en sorte que les entreprises soient taxées là où la richesse et les profits sont créés", a-t-il insisté. "Un profit se crée en France? Il faut donc être taxé en France sur les bases françaises et non pas ailleurs", a souligné M. Moscovici.

Le commissaire a rappelé que les citoyens européens avaient fait "de gros efforts" pendant la crise pour contribuer à la réduction des déficits, souvent en subissant des augmentations d'impôts.

"Mais il y a des entreprises multinationales qui utilisent des réglementations particulières (...) qui produisent dans un pays mais paient leurs impôts ailleurs", a regretté M. Moscovici qui a qualifié "d'insupportables" les "excès d'optimisation fiscales".

"Je vais proposer d'harmoniser les bases de l'impôt sur les sociétés", a affirmé sur Europe 1 le commissaire européen, qui a plaidé pour recréer "une Europe unie et intégrée". "Il faut faire en sorte que les entreprises soient taxées là où la richesse et les profits sont créés", a-t-il insisté. "Un profit se crée en France? Il faut donc être taxé en France sur les bases françaises et non pas ailleurs", a souligné M. Moscovici. Le commissaire a rappelé que les citoyens européens avaient fait "de gros efforts" pendant la crise pour contribuer à la réduction des déficits, souvent en subissant des augmentations d'impôts. "Mais il y a des entreprises multinationales qui utilisent des réglementations particulières (...) qui produisent dans un pays mais paient leurs impôts ailleurs", a regretté M. Moscovici qui a qualifié "d'insupportables" les "excès d'optimisation fiscales".