A l'heure où Donald Trump rêve toujours d'ériger son mur à la frontière sud de son pays, une importante délégation belge emmenée par la princesse Astrid vient d'atterrir à Mexico. Jusqu'au 23 février, des patrons d'entreprises et des responsables d'organismes publics vont multiplier les contacts et les manifestations pour sensibiliser les Mexicains et surtout les convaincre de nouer de futures relations d'affaires.
...

A l'heure où Donald Trump rêve toujours d'ériger son mur à la frontière sud de son pays, une importante délégation belge emmenée par la princesse Astrid vient d'atterrir à Mexico. Jusqu'au 23 février, des patrons d'entreprises et des responsables d'organismes publics vont multiplier les contacts et les manifestations pour sensibiliser les Mexicains et surtout les convaincre de nouer de futures relations d'affaires.Pour relever ce défi commercial, ils pourront compter sur le soutien de quelques personnalités politiques qui ont fait spécialement le voyage au Mexique : le ministre fédéral de l'Emploi et de l'Economie Kris Peeters, le ministre wallon de l'Economie Pierre-Yves Jeholet, la secrétaire d'Etat bruxelloise au Commerce extérieur Cécile Jodogne et le ministre flamand de l'Economie Philippe Wuyters.Quinzième économie mondiale portée par 125 millions d'habitants, le Mexique est l'une des économies les plus ouvertes du monde qui, ces derniers mois, s'est tournée davantage vers l'Europe en raison de ses relations tendues avec les Etats-Unis. L'arrivée de la mission économique belge coïncide aussi avec un autre moment-charnière dans l'histoire du pays : l'élection récente, le 1er décembre dernier, du nouveau président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador.Depuis sa prise de fonction, ce dernier a multiplié les réformes pour lutter contre la corruption et le crime, tout en présentant un budget solide, ce qui a rassuré les investisseurs étrangers. La mission économique belge sera la première visite d'une délégation officielle au Mexique pour le nouveau président qui rencontrera d'ailleurs la princesse Astrid ce lundi.Les 130 entreprises belges représentées par les 200 patrons et cadres qui ont fait le déplacement à Mexico espèrent beaucoup du travail effectué en amont par les agences régionales au commerce extérieur pour nouer de précieux contacts et surtout conclure quelques contrats.Mais comme toujours dans de telles missions de prestige, c'est la symbolique d'un membre de la famille royale présent sur place qui aidera les hommes d'affaires à mener au mieux leurs négociations. Dans son discours prononcé ce dimanche devant la délégation officielle, l'ambassadeur belge au Mexique Antoine Evrard l'a d'ailleurs rappelé : "La présence de la princesse Astrid ouvre des portes et facilite des accès qui ne sont pas donnés en temps normaux". De quoi tempérer les éventuelles critiques sur la pertinence de telles missions princières à l'étranger.Frédéric Brébant, à Mexico