La formation désormais connue de tous les gouvernements fédérés, les négociations fédérales vont-elles enfin connaître une accélération ? Trois éléments peuvent plaider pour une réponse positive : l'agenda des négociateurs potentiels sera moins encombré ; leurs esprits seront libérés des velléités de jeux de dominos entre les niveaux de pouvoir (du moins, on l'espère...) ; et enfin, les fortes ambitions de création d'emplois dans les accords régionaux ne pourront vraisemblablement pas être assouvies sans l'adoption d'une série de mesures nécessitant l'utilisation du levier fédéral. Flamands, Wallons et Bruxellois ont donc besoin d'une majorité fédérale pour doper leurs politiques de l'emploi.
...