"Avant le référendum, côté allemand nous ne pouvons pas discuter d'une nouvelle demande d'aide", a dit la chancelière devant le groupe parlementaire conservateur CDU/CSU du Bundestag, a rapporté à l'AFP cette source.

Athènes a fait parvenir à ses partenaires européens mardi une proposition d'accord sur deux ans permettant de couvrir ses besoins financiers tout en restructurant sa dette, alors que le défaut de paiement du pays paraît inéluctable.

Les ministres des Finances de la zone euro, l'Eurogroupe, tiennent une conférence téléphonique mardi à 19H00 pour discuter de cette demande.

Le ministre de l'Economie allemand, le vice-chancelier social-démocrate Sigmar Gabriel, a par ailleurs affirmé que si la Grèce annulait le référendum prévu, les discussions avec Athènes pourraient reprendre rapidement, selon l'agence Bloomberg News.

Mme Merkel avait expliqué lundi que son gouvernement ne pourrait pas négocier de nouveau plan d'aide à la Grèce sans un mandat explicite du parlement allemand.

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a créé la surprise en annonçant vendredi soir un référendum sur les propositions des créanciers de la Grèce.

Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble devrait participer à la conférence téléphonique dans la soirée, mais ne peut en aucun cas négocier formellement un accord quelconque de financement sans mandat du Bundestag, faisait-on valoir à Berlin.

"Avant le référendum, côté allemand nous ne pouvons pas discuter d'une nouvelle demande d'aide", a dit la chancelière devant le groupe parlementaire conservateur CDU/CSU du Bundestag, a rapporté à l'AFP cette source. Athènes a fait parvenir à ses partenaires européens mardi une proposition d'accord sur deux ans permettant de couvrir ses besoins financiers tout en restructurant sa dette, alors que le défaut de paiement du pays paraît inéluctable. Les ministres des Finances de la zone euro, l'Eurogroupe, tiennent une conférence téléphonique mardi à 19H00 pour discuter de cette demande. Le ministre de l'Economie allemand, le vice-chancelier social-démocrate Sigmar Gabriel, a par ailleurs affirmé que si la Grèce annulait le référendum prévu, les discussions avec Athènes pourraient reprendre rapidement, selon l'agence Bloomberg News. Mme Merkel avait expliqué lundi que son gouvernement ne pourrait pas négocier de nouveau plan d'aide à la Grèce sans un mandat explicite du parlement allemand. Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a créé la surprise en annonçant vendredi soir un référendum sur les propositions des créanciers de la Grèce. Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble devrait participer à la conférence téléphonique dans la soirée, mais ne peut en aucun cas négocier formellement un accord quelconque de financement sans mandat du Bundestag, faisait-on valoir à Berlin.