Cela signifie que la BCE réduira la taille du programme de rachats de dettes, baptisé "QE" (Quantitative easing), à partir de 2018, de 60 à 30 milliards d'euros par mois.
...

Cela signifie que la BCE réduira la taille du programme de rachats de dettes, baptisé "QE" (Quantitative easing), à partir de 2018, de 60 à 30 milliards d'euros par mois.En parallèle, elle prolonge le programme, certainement jusqu'en septembre 2018. La BCE souligne aussi une nouvelle fois qu'une première hausse des taux d'intérêt n'interviendra que bien après la fin du programme de rachat d'actifs. On sera alors probablement déjà en 2019.Cette politique d'annonce a pour but de contrôler la valeur de l'euro. Les épargnants seront entre-temps encore confrontés à des taux d'intérêt proches de zéro pendant longtemps.Le taux d'intérêt à long terme, pertinent pour le taux d'intérêt hypothécaire par exemple, diminue actuellement. Mais il pourrait tout de même progresser au cours des prochains mois, si la taille du QE se réduit et si l'économie européenne continue à se raffermir. L'économie européenne a atteint un tel régime que la BCE ne pouvait pas faire autrement qu'annoncer la manière dont elle va lentement lever le pied de la pédale d'accélérateur. L'inflation est néanmoins encore trop faible pour supprimer ce qui la soutient, d'où le choix d'une politique de QE 'plus longue, mais plus faible'. Et si un pan du toit s'envole à cause d'une tempête inattendue, la BCE n'hésitera pas à ouvrir à nouveau en grand les robinets d'argent facile. La BCE veut conserver l'accalmie le plus longtemps possible, histoire de donner l'opportunité à l'économie occidentale de se remettre entièrement de la secousse de la crise de 2008-2009.La BCE se considère elle-même comme l'une des architectes de cette reprise en Europe, et elle ne veut pas voir son succès gâché par une sévère correction boursière ou une autre crise financière. La paix et le calme sont plus importants que tout.Hyman Minsky pousserait un profond soupir. Ce n'est qu'après sa mort en 1996 que la théorie de l'économiste américain a connu une reconnaissance internationale, grâce à la crise financière de 2008.La thèse de base de Minsky est que ce n'est pas bon si ça va trop bien et trop facilement. La stabilité engendre l'instabilité.Si tout va bien et que tout le monde est optimiste pendant longtemps et que l'atmosphère devient ensuite euphorique, on prend de plus en plus de risque et on fait de plus en plus de dettes pour investir et ensuite également pour spéculer. Jusqu'à l'éclatement de la bulle. Janet Yellen, la présidente de la banque centrale américaine, a qualifié le travail de Minsky de lecture obligatoire en 2009.La paix artificielle sème à nouveau les germes de la prochaine tempête. Sur les bourses occidentales, les fougueuses valorisations ne s'expliquent plus que par les arguments d'une économie forte, d'une croissance solide des bénéfices et du taux d'intérêt artificiellement faible.Ces pierres angulaires ne montrent encore aucun signe de corrosion et la combinaison de croissance forte et d'inflation faible joue un air entraînant. Et tant que la musique joue...Sur les marchés des crédits, la discipline se relâche aussi lentement mais sûrement. Le taux d'endettement des sociétés est plus élevé qu'avant la crise financière.Les deals risqués trouvent de plus en plus facilement du financement. Les sociétés sont reprises à un prix égal ou supérieur à dix fois le cash flow de l'entreprise. C'est relativement cher.La prochaine récession ou un relèvement inattendu du taux d'intérêt fera donc des dégâts, mais la plus grande solidité du système bancaire et la vigilance des autorités et des banques centrales devraient, en théorie, empêcher une répétition d'une crise financière comme en 2009.La théorie de Minsky raconte une autre histoire, que Mario Draghi ne racontera pas pour l'instant, contrairement à son collègue Zhou Xiaochuan, le gouverneur de la banque centrale chinoise.La Chine est également douée pour maintenir le calme à tout prix, mais en marge de la dix-neuvième édition du congrès quinquennal du parti chinois, Xiaochuan a subtilement fait observer que l'économie chinoise se rapproche d'un moment Minsky, un point de basculement entre l'euphorie de l'économie et le déclenchement d'une solide crise financière. C'est une déclaration audacieuse, certainement selon les normes chinoises, mais Xiaochuan est proche de la pension et il peut en conséquence se permettre un parler-vrai.Le président et homme fort chinois Xi Jingping en a pris acte et il a déclaré que la stabilité financière est un élément essentiel de la sécurité nationale et donc une priorité absolue de la politique. Le parti communiste sait que la légitimité de son régime repose sur suffisamment de croissance économique et de paix sociale, mais il sait aussi que la croissance de l'économie chinoise s'accompagne d'une importante création de crédits et d'une forte augmentation des prix immobiliers.La Chine privilégie la stabilité à court terme, au détriment de fondamentaux sains pour le long terme. Personne ne sait toutefois combien de temps durera l'accalmie ou quand viendra le moment Minsky en Chine. Ou en occident.