L'espace est "au coeur des questions de souveraineté européenne", a expliqué la présidence pour justifier la présence du chef de l'Etat, quasi-candidat à la présidentielle d'avril, à cette réunion organisée dans le cadre de la présidence française du Conseil de l'UE.

M. Macron va souligner que "l'espace redevient un enjeu de conquête", notamment avec "l'émergence d'acteurs privés" au premier rang desquels l'Américain SpaceX, du milliardaire Elon Musk, selon elle.

Les ministres européens doivent échanger lors de cette réunion sur les dossiers de constellations de connectivité et des gestions du trafic spatial, notamment de la surveillance des débris et des satellites en orbite.

Ils se retrouveront également dans le cadre de l'Agence spatiale européenne (ESA), qui comprend aussi le Royaume-Uni, la Norvège, la Suisse ou le Canada, pour discuter de l'exploration de l'espace et du climat, avec le projet Copernicus.

L'objectif est de "fixer des ambitions" qui donneront lieu à des décisions à la conférence ministérielle de l'ESA, en novembre à Paris, qui devra statuer sur son budget pour les prochaines années.

La Commission européenne devait présenter mardi à Strasbourg (est), en marge de la session du Parlement européen, plusieurs communications et un règlement sur la connectivité sécurisée et la gestion du trafic spatial.

Le lancement d'une constellation de satellites est la plus ambitieuse de ces propositions. C'est un "sujet qui va devenir extrêmement stratégique dans les prochaines années" car "pour des raisons d'encombrement de l'espace, il y a aura peu d'espace, d'où l'urgence pour l'Europe de se positionner", souligne l'Elysée.

L'espace est "au coeur des questions de souveraineté européenne", a expliqué la présidence pour justifier la présence du chef de l'Etat, quasi-candidat à la présidentielle d'avril, à cette réunion organisée dans le cadre de la présidence française du Conseil de l'UE.M. Macron va souligner que "l'espace redevient un enjeu de conquête", notamment avec "l'émergence d'acteurs privés" au premier rang desquels l'Américain SpaceX, du milliardaire Elon Musk, selon elle.Les ministres européens doivent échanger lors de cette réunion sur les dossiers de constellations de connectivité et des gestions du trafic spatial, notamment de la surveillance des débris et des satellites en orbite.Ils se retrouveront également dans le cadre de l'Agence spatiale européenne (ESA), qui comprend aussi le Royaume-Uni, la Norvège, la Suisse ou le Canada, pour discuter de l'exploration de l'espace et du climat, avec le projet Copernicus.L'objectif est de "fixer des ambitions" qui donneront lieu à des décisions à la conférence ministérielle de l'ESA, en novembre à Paris, qui devra statuer sur son budget pour les prochaines années.La Commission européenne devait présenter mardi à Strasbourg (est), en marge de la session du Parlement européen, plusieurs communications et un règlement sur la connectivité sécurisée et la gestion du trafic spatial.Le lancement d'une constellation de satellites est la plus ambitieuse de ces propositions. C'est un "sujet qui va devenir extrêmement stratégique dans les prochaines années" car "pour des raisons d'encombrement de l'espace, il y a aura peu d'espace, d'où l'urgence pour l'Europe de se positionner", souligne l'Elysée.