Alors que les mouvements de grève pour les salaires se multiplient depuis des mois dans le pays face à une inflation record, des responsables conservateurs dénoncent régulièrement l'impact des débrayages sur l'économie britannique.

"Nous allons légiférer pour obliger les syndicats à soumettre des offres salariales (faites par les employeurs) à un vote de leurs adhérents" avant de pouvoir se mettre en grève, a indiqué M. Kwarteng lors d'une présentation budgétaire devant le Parlement britannique.

Il s'agit de "garantir que les grèves ne puissent être déclenchées qu'une fois que les négociations auront véritablement échoué", a-t-il précisé devant les députés britannique.

Le ministre des Finances a aussi annoncé l'intention du gouvernement de mettre en place un service minimum pour "empêcher les syndicats de paralyser le réseau de transport", comme le font déjà "d'autres pays européens", a-t-il justifié.

Le précédent gouvernement conservateur avait déjà introduit une loi autorisant le recours à des intérimaires pour remplacer des salariés grévistes. Elle a suscité l'ire de nombreuses organisations syndicales, qui ont annoncé en début de semaine une action en justice contre la mesure.

Cheminots, mais aussi postiers, dockers, avocats pénalistes ou éboueurs ont multiplié depuis juin les mouvements de grève, mais plusieurs syndicats avaient décrété une pause dans leurs mouvements pendant la période de deuil national qui a suivi le décès de la reine Elizabeth II.

Les mouvements reprennent de plus belle face à une inflation au plus haut en 40 ans outre-Manche, à 9,9% sur un an en août, la plus forte du G7.

Une grève des conducteurs de trains reprendra ainsi début octobre tandis que les dockers du port anglais de Felixstowe prévoient un nouveau débrayage d'une semaine entre fin-septembre et début octobre faute d'avoir obtenu gain de cause lors d'un mouvement similaire en août.

Alors que les mouvements de grève pour les salaires se multiplient depuis des mois dans le pays face à une inflation record, des responsables conservateurs dénoncent régulièrement l'impact des débrayages sur l'économie britannique."Nous allons légiférer pour obliger les syndicats à soumettre des offres salariales (faites par les employeurs) à un vote de leurs adhérents" avant de pouvoir se mettre en grève, a indiqué M. Kwarteng lors d'une présentation budgétaire devant le Parlement britannique.Il s'agit de "garantir que les grèves ne puissent être déclenchées qu'une fois que les négociations auront véritablement échoué", a-t-il précisé devant les députés britannique.Le ministre des Finances a aussi annoncé l'intention du gouvernement de mettre en place un service minimum pour "empêcher les syndicats de paralyser le réseau de transport", comme le font déjà "d'autres pays européens", a-t-il justifié.Le précédent gouvernement conservateur avait déjà introduit une loi autorisant le recours à des intérimaires pour remplacer des salariés grévistes. Elle a suscité l'ire de nombreuses organisations syndicales, qui ont annoncé en début de semaine une action en justice contre la mesure.Cheminots, mais aussi postiers, dockers, avocats pénalistes ou éboueurs ont multiplié depuis juin les mouvements de grève, mais plusieurs syndicats avaient décrété une pause dans leurs mouvements pendant la période de deuil national qui a suivi le décès de la reine Elizabeth II.Les mouvements reprennent de plus belle face à une inflation au plus haut en 40 ans outre-Manche, à 9,9% sur un an en août, la plus forte du G7.Une grève des conducteurs de trains reprendra ainsi début octobre tandis que les dockers du port anglais de Felixstowe prévoient un nouveau débrayage d'une semaine entre fin-septembre et début octobre faute d'avoir obtenu gain de cause lors d'un mouvement similaire en août.