Dans un communiqué, le négociateur britannique David Frost a reproché aux 27 de vouloir imposer à Londres une continuité sur les aides publiques et la pêche et de souhaiter un accord sur ces points avant d'avancer sur les autres sujets.

"Cela rend inutilement difficiles de faire des progrès", a-t-il dénoncé. "Il y a d'autres domaines importants qui restent à régler et même s'il y a une compréhension mutuelle globale entre les négociateurs, il reste beaucoup de détails sur lesquels il faut travailler. Le temps est limité pour les deux côtés".

Il a jugé cependant un accord "toujours possible" avant la fin de la période de transition fin décembre. "Clairement, cela ne sera pas facile à atteindre".

Les négociations doivent reprendre le 7 septembre à Londres et le temps imparti reste très limité.

Si le Royaume-Uni est sorti de l'Union européenne le 31 janvier dernier, les règles européennes continuent de s'appliquer jusqu'au 31 décembre prochain.

Faute de trouver un accord de libre-échange à ce moment là, les règles de l'Organisation commerciale du commerce s'appliqueront, synonymes de droits de douanes et contrôles douaniers pour les entreprises.

Dans un communiqué, le négociateur britannique David Frost a reproché aux 27 de vouloir imposer à Londres une continuité sur les aides publiques et la pêche et de souhaiter un accord sur ces points avant d'avancer sur les autres sujets."Cela rend inutilement difficiles de faire des progrès", a-t-il dénoncé. "Il y a d'autres domaines importants qui restent à régler et même s'il y a une compréhension mutuelle globale entre les négociateurs, il reste beaucoup de détails sur lesquels il faut travailler. Le temps est limité pour les deux côtés".Il a jugé cependant un accord "toujours possible" avant la fin de la période de transition fin décembre. "Clairement, cela ne sera pas facile à atteindre".Les négociations doivent reprendre le 7 septembre à Londres et le temps imparti reste très limité.Si le Royaume-Uni est sorti de l'Union européenne le 31 janvier dernier, les règles européennes continuent de s'appliquer jusqu'au 31 décembre prochain.Faute de trouver un accord de libre-échange à ce moment là, les règles de l'Organisation commerciale du commerce s'appliqueront, synonymes de droits de douanes et contrôles douaniers pour les entreprises.