Le projet avait été lancé voici plus de quatre ans, puis mis au frigo. La Commission européenne avait contesté l'approche discriminatoire : en effet, seuls les automobilistes étrangers l'auraient payée. Ceux habitant la Belgique n'auraient rien payé car ils auraient bénéficié d'une réduction fiscale ou on aurait considéré que la taxe de circulation aurait financé la vignette, sans changement de tarif.
...

Le projet avait été lancé voici plus de quatre ans, puis mis au frigo. La Commission européenne avait contesté l'approche discriminatoire : en effet, seuls les automobilistes étrangers l'auraient payée. Ceux habitant la Belgique n'auraient rien payé car ils auraient bénéficié d'une réduction fiscale ou on aurait considéré que la taxe de circulation aurait financé la vignette, sans changement de tarif. Le projet pourrait toutefois être relancé car l'Allemagne a développé un projet similaire avec plus de persévérance. Elle a fini par décrocher un accord avec la Commission européenne, annoncé le 1er décembre. Cet accord met fin à la procédure en infraction lancée par la Commission. Le coût de la vignette annuelle, de 130 euros, pourrait être compensé par une baisse de taxe, selon une proportion qui variera en fonction du niveau d'émissions du véhicule. En contrepartie, la Commission a obtenu que l'Allemagne réduise le montant des péages court terme, les plus utilisés par les touristes étrangers. Pour 10 jours, ils coûteront entre 2,5 et 20 euros, toujours selon le niveau d'émissions du véhicule. La vignette allemande revue et corrigée, et acceptée par la Commission, pourrait ressusciter la vignette autoroutière en Belgique. Ce sujet concerne les régions, seules compétentes pour les taxes routières. " Nous regardons cela avec intérêt. Une vignette pourrait nous aider à financer le réseau routier ", admet-on au cabinet de Maxime Prévot, ministre wallon des Transports. Le ministre est favorable à ce dispositif " pour autant qu'il soit neutre pour les Wallons " : en clair, qu'il y ait moyen de rembourser la vignette d'une manière ou d'une autre, pour qu'elle ne soit payée que par les automobilistes étrangers de passage, pour financer l'usage des routes. Le dispositif allemand tel qu'approuvé par la Commission pourrait servir de base pour le système wallon. Mais le cabinet, prudent, préfère attendre que les textes légaux soient votés en Allemagne et que toutes les précisions soient disponibles. Pour l'heure, seul le péage kilométrique est en vigueur en Belgique, pour tous les utilitaires d'au moins 3,5 tonnes. Si le projet de vignette autoroutière était envisagé par les trois régions, il pourrait être géré par Viapass, l'organisme public interrégional, qui supervise le péage kilométrique des utilitaires. " Nous n'avons pas reçu de mandat à ce sujet ", indique toutefois Johan Schoups, CEO de Viapass. Notons aussi qu'il y a d'autres solutions, comme l'extension du système de péage kilométrique aux voitures, qui pourrait servir d'outil pour combattre les embouteillages. Il a été testé en Région de Bruxelles-Capitale, mais n'a pas eu de soutien politique. Sauf en Flandre, où le ministre régional des Transports, Ben Weyts, est favorable à ce dispositif.