La note à long terme de la Fédération Wallonie-Bruxelles passe ainsi de Aa3 à A1 avec perspective négative. La Flandre conserve son Aa2, mais la perspective passe de stable à négative. La Wallonie est dans le même cas: la perspective est dégradée à négative mais le sud du pays conserve son A2.

Moody's justifie ces choix par les incertitudes liées à la crise sanitaire.

Face à cette décision "attendue", le ministre wallon du Budget et des Finances Jean-Luc Crucke a indiqué qu'il "referait la même chose que ces derniers mois". "Entre les perspectives d'une notation et une aide urgente aux personnes et aux entreprises, le choix est limpide", a-t-il commenté samedi par communiqué. Néanmoins, nuance-t-il, "nous allons intensifier les efforts et déployer les outils dont Moody's relève la qualité".

"Le gouvernement wallon a fait systématiquement passer l'urgence en priorité en mobilisant tous les moyens disponibles. Les recours aux marchés ont été limités et le préfinancement de 2021 a déjà commencé", ajoute le ministre.

Le ministre du Budget de la Fédération Wallonie-Bruxelles Frédéric Daerden s'est également voulu rassurant. "La diversification des sources de financement de la Fédération (placements privés, convention avec la Banque européenne d'investissement, partenariat avec Belfius, etc.) lui permet de sécuriser son financement à des taux attractifs", indique samedi son cabinet. "Les finances publiques sont sous pression dans toutes les entités mais la Fédération et sa notation restent (...) un cran en dessous de celle de l'État fédéral mais un cran au-dessus de la Région wallonne", souligne le ministre, cité dans un communiqué, rappelant que "la responsabilité du gouvernement est financière mais aussi sociétale".

La note à long terme de la Fédération Wallonie-Bruxelles passe ainsi de Aa3 à A1 avec perspective négative. La Flandre conserve son Aa2, mais la perspective passe de stable à négative. La Wallonie est dans le même cas: la perspective est dégradée à négative mais le sud du pays conserve son A2. Moody's justifie ces choix par les incertitudes liées à la crise sanitaire. Face à cette décision "attendue", le ministre wallon du Budget et des Finances Jean-Luc Crucke a indiqué qu'il "referait la même chose que ces derniers mois". "Entre les perspectives d'une notation et une aide urgente aux personnes et aux entreprises, le choix est limpide", a-t-il commenté samedi par communiqué. Néanmoins, nuance-t-il, "nous allons intensifier les efforts et déployer les outils dont Moody's relève la qualité". "Le gouvernement wallon a fait systématiquement passer l'urgence en priorité en mobilisant tous les moyens disponibles. Les recours aux marchés ont été limités et le préfinancement de 2021 a déjà commencé", ajoute le ministre. Le ministre du Budget de la Fédération Wallonie-Bruxelles Frédéric Daerden s'est également voulu rassurant. "La diversification des sources de financement de la Fédération (placements privés, convention avec la Banque européenne d'investissement, partenariat avec Belfius, etc.) lui permet de sécuriser son financement à des taux attractifs", indique samedi son cabinet. "Les finances publiques sont sous pression dans toutes les entités mais la Fédération et sa notation restent (...) un cran en dessous de celle de l'État fédéral mais un cran au-dessus de la Région wallonne", souligne le ministre, cité dans un communiqué, rappelant que "la responsabilité du gouvernement est financière mais aussi sociétale".