On le sait, il y a depuis toujours un délai de carence durant lequel un indépendant ne touche pas d'indemnité en cas d'incapacité de travail. En 2019, ce délai avait été ramené de 14 à 7 jours. En outre, il avait été co...

On le sait, il y a depuis toujours un délai de carence durant lequel un indépendant ne touche pas d'indemnité en cas d'incapacité de travail. En 2019, ce délai avait été ramené de 14 à 7 jours. En outre, il avait été convenu qu'en cas de maladie dépassant sept jours, la période de carence tombait, permettant à un indépendant de bénéficier de cette indemnité dès le premier jour de son incapacité. Mais il y avait un hic: cette modification supposait un contrôle sur base de la date de constat de cette incapacité par un certificat médical. Elle n'autorisait aucun effet rétroactif, seule la date du certificat faisait foi et pas celle du début de la maladie. On le sait aussi, les indépendants, habitués à travailler tout en étant malades, traînent bien souvent avant d'aller chez le médecin. Avec à la clé la perte potentielle de plusieurs jours d'incapacité payés (entre 40 et 60 euros quotidiens) vu l'absence de rétroactivité. Sous l'impulsion du groupe Ecolo, la commission des Affaires sociales vient d'entériner l'introduction d'une rétroactivité possible de 14 jours sur les certificats.