L'agence de statistiques européenne Eurostat a récemment publié une analyse sur la balance d'importations et d'exportations entre l'Union européenne et la Chine. L'occasion d'évaluer la nature des relations économiques entre les deux grandes puissances. Et au vu des résultats, la balance penche davantage du côté asiatique.
...

L'agence de statistiques européenne Eurostat a récemment publié une analyse sur la balance d'importations et d'exportations entre l'Union européenne et la Chine. L'occasion d'évaluer la nature des relations économiques entre les deux grandes puissances. Et au vu des résultats, la balance penche davantage du côté asiatique.La Chine est la troisième destination d'exportation de l'Union européenne et le premier partenaire d'importation. Eurostat révèle que le commerce entre ces deux grandes puissances a "considérablement augmenté" pendant l'année 2021. Pour illustrer cette augmentation, prenons les chiffres des cinq dernières années. En 2016, les importations en provenance de Chine s'élevaient à 299 milliards d'euros. Elles ont ensuite augmenté de 8% en 2017, d'une constante de 6% en 2018, 2019 et 2020, pour terminer avec une hausse significative de 23% en 2021. Si la crise du COVID-19 a entraîné un ralentissement des exportations et importations entre l'UE et la Chine au cours des premiers mois de 2020, celles-ci se sont rapidement redressées au cours des mois suivants. Jusqu'à atteindre les 472 milliards d'euros d'importations chinoises en 2021.Cette même année, la Chine était donc le principal partenaire des importations de biens de l'UE (22 % des importations extracommunautaires) dans les groupes de produits suivant : machines et véhicules (56 % des importations en provenance de Chine), autres produits manufacturés (35 %) et produits chimiques (7 %).Des exportations bien moins importantes pour l'UEDu côté des exportations de biens de l'UE vers la Chine, les résultats sont moins élevés. Ainsi, si nous reprenons à nouveau les chiffres des cinq dernières années, l'UE a exporté vers la Chine des biens à hauteur de 153 milliards d'euros. Ces exportations ont ensuite augmenté de 16% en 2017, de 5% en 2018, de 6% en 2019, de 2% en 2020, et de 10% en 2021. Cette même année, la Chine était donc le troisième partenaire pour les exportations de biens de l'UE (10 % des exportations extra-UE), commercialisant principalement des machines et véhicules (52 % des exportations vers la Chine), d'autres produits manufacturés (20 %) et des produits chimiques (15 %). Une balance qui ne fait qu'augmenter en faveur de la Chine de manière constante depuis 2017 (voir schéma ci-desous).En ce qui concerne les tendances pour ce début d'année 2022, si les exportations de l'UE stagnent, les importations en provenance de Chine continuent leur fulgurante ascension.Si nous comparons les chiffres du mois de janvier, les exportations de l'UE vers le marché chinois baissent de 0,17% en 2022 par rapport à 2021. En revanche, les importations chinoises vers l'UE enregistrent une très forte augmentation, passant de 33 milliards en janvier 2021 à près de 50 milliards en janvier 2022, soit une augmentation de 48%. Des chiffres qui illustrent la part toujours plus importante de produits chinois sur le marché européen.Aurore Dessaigne