Le marché de l'automobile neuve perd plus de 20% en raison de la fermeture des points de vente et des usines d'assemblage, couplée à l'incertitude économique.

Le confinement décidé au printemps en raison de la pandémie de coronavirus a provoqué un choc au niveau des ventes et des immatriculations de voitures neuves, et le marché ne s'est toujours pas rétabli. Le niveau le plus bas avait été atteint en avril avec l'immatriculation d'un peu plus de 5.000 voitures neuves en un mois, soit une chute de plus de 90% par rapport à 2019. Tous les points de vente étaient alors fermés et il était interdit de livrer les véhicules commandés aux clients particuliers.

Le marché de l'automobile neuve s'est repris en été et a légèrement dépassé son niveau de 2019 en septembre mais il a à nouveau chuté ensuite, en raison de la deuxième vague d'infections au Covid-19.

Les fédérations estiment que l'année 2020 se clôturera avec quelque 425.000 immatriculations de voitures neuves, les chiffres les plus faibles depuis plus de 20 ans. Il faut remonter à 1997 (396.240 immatriculations) pour trouver des résultats encore plus bas.

Le marché de l'automobile neuve perd plus de 20% en raison de la fermeture des points de vente et des usines d'assemblage, couplée à l'incertitude économique.Le confinement décidé au printemps en raison de la pandémie de coronavirus a provoqué un choc au niveau des ventes et des immatriculations de voitures neuves, et le marché ne s'est toujours pas rétabli. Le niveau le plus bas avait été atteint en avril avec l'immatriculation d'un peu plus de 5.000 voitures neuves en un mois, soit une chute de plus de 90% par rapport à 2019. Tous les points de vente étaient alors fermés et il était interdit de livrer les véhicules commandés aux clients particuliers. Le marché de l'automobile neuve s'est repris en été et a légèrement dépassé son niveau de 2019 en septembre mais il a à nouveau chuté ensuite, en raison de la deuxième vague d'infections au Covid-19. Les fédérations estiment que l'année 2020 se clôturera avec quelque 425.000 immatriculations de voitures neuves, les chiffres les plus faibles depuis plus de 20 ans. Il faut remonter à 1997 (396.240 immatriculations) pour trouver des résultats encore plus bas.