Les économistes de Goldman pensent ainsi que l'économie de la zone euro se contractera de 0,1% dès le troisième trimestre en cours, puis de -0,2 % au quatrième trimestre. Une récession est définie comme étant constituée de deux trimestres consécutifs de contraction. La banque s'attend à un retour de la croissance en 2023.

Du côté de JPMorgan, on pense que l'économie des pays de la zone euro se contractera au quatrième trimestre et également au premier trimestre de l'année prochaine.

Goldman souligne par ailleurs également l'agitation politique en Italie et l'affaiblissement de l'économie mondiale. Selon la banque d'investissement, la récession sera particulièrement sensible en Allemagne et en Italie. La banque n'exclut pas que le ralentissement s'accentue si l'approvisionnement en gaz russe est plus gravement perturbé, si l'économie américaine entre en récession et si les turbulences autour de la dette souveraine européenne s'amplifient.

Les économistes de Goldman pensent ainsi que l'économie de la zone euro se contractera de 0,1% dès le troisième trimestre en cours, puis de -0,2 % au quatrième trimestre. Une récession est définie comme étant constituée de deux trimestres consécutifs de contraction. La banque s'attend à un retour de la croissance en 2023. Du côté de JPMorgan, on pense que l'économie des pays de la zone euro se contractera au quatrième trimestre et également au premier trimestre de l'année prochaine. Goldman souligne par ailleurs également l'agitation politique en Italie et l'affaiblissement de l'économie mondiale. Selon la banque d'investissement, la récession sera particulièrement sensible en Allemagne et en Italie. La banque n'exclut pas que le ralentissement s'accentue si l'approvisionnement en gaz russe est plus gravement perturbé, si l'économie américaine entre en récession et si les turbulences autour de la dette souveraine européenne s'amplifient.