Cette campagne "Laissez-nous entreprendre! " a été lancée le 25 janvier dernier par les organisations d'employeurs. Elle a recueilli 25.000 signatures. Les entrepreneurs veulent par cette campagne sensibiliser le public à leurs exigences pour une plus grande compétitivité belge.

Les patrons estiment notamment que toute augmentation de charge, toutes formalités administratives supplémentaires, tout nouveau droit au congé seront préjudiciables à la compétitivité et à l'emploi. Ils demandent une évolution vers un statut unique ouvriers-employés, avec un droit de licenciement identique pour tous. Le troisième point
concerne la mise en oeuvre d'un pacte sur les fins de carrière et les pensions. Ils demandent enfin de stimuler l'innovation et de rendre l'économie plus verte.

"Votre message est compris par le gouvernement", leur a répondu le Premier ministre, Yves Leterme. Il a souligné que l'ambition du gouvernement, qui a beaucoup investi pour lutter contre la crise bancaire et financière, était de renforcer l'économie.

"Les entreprises sont importantes et leurs revendications doivent être entendues si l'on veut créer de l'emploi", a répété, à l'issue de cette rencontre, le président de la Fédération des entreprises de Belgique, Thomas Leysen.

Trends.be, avec Belga

Cette campagne "Laissez-nous entreprendre! " a été lancée le 25 janvier dernier par les organisations d'employeurs. Elle a recueilli 25.000 signatures. Les entrepreneurs veulent par cette campagne sensibiliser le public à leurs exigences pour une plus grande compétitivité belge. Les patrons estiment notamment que toute augmentation de charge, toutes formalités administratives supplémentaires, tout nouveau droit au congé seront préjudiciables à la compétitivité et à l'emploi. Ils demandent une évolution vers un statut unique ouvriers-employés, avec un droit de licenciement identique pour tous. Le troisième point concerne la mise en oeuvre d'un pacte sur les fins de carrière et les pensions. Ils demandent enfin de stimuler l'innovation et de rendre l'économie plus verte."Votre message est compris par le gouvernement", leur a répondu le Premier ministre, Yves Leterme. Il a souligné que l'ambition du gouvernement, qui a beaucoup investi pour lutter contre la crise bancaire et financière, était de renforcer l'économie. "Les entreprises sont importantes et leurs revendications doivent être entendues si l'on veut créer de l'emploi", a répété, à l'issue de cette rencontre, le président de la Fédération des entreprises de Belgique, Thomas Leysen. Trends.be, avec Belga