Le Forum mondial de la sécurité sociale se tient tous les trois ans sur un continent différent. En 2016, au Panama, un premier rapport listant ces dix défis avait été publié. L'événement qui se tient cette semaine à Bruxelles consiste à évaluer ces défis.

"Bien que les institutions de sécurité sociale soient confrontées aux mêmes défis, les priorités diffèrent d'une région à l'autre", souligne l'Association internationale de sécurité sociale (ISSA).

Selon l'Organisation internationale du travail, le pourcentage de la population bénéficiant d'un accès effectif à au moins une prestation sociale varie selon les régions: il s'établit à 84,1% en Europe et en Asie centrale, à 67,6% dans les Amériques, à 38,9% dans la région Asie-Pacifique, et à 17,8% en Afrique.

Jo De Cock, administrateur général de l'Inami, et Joachim Breuer, président de l'ISSA, ont insisté sur la nécessité de continuer à investir dans la sécurité sociale. Elle "n'apporte pas seulement une vie décente aux gens. Elle apporte au plus haut niveau, surtout et principalement, la stabilité, la liberté et la paix", a ajouté Jean-Marc Vandenbergh, administrateur général de la Capac. "Le système de sécurité sociale de la Belgique est considéré comme l'un des plus progressistes en Europe. Ce n'est donc pas un hasard si le Forum mondial revient en Belgique cette année", a-t-il estimé.

La Belgique fête en outre en 2019 les 75 ans de la signature de l'arrêté-loi à la base de la sécurité sociale actuelle. Un large éventail de mesures de protection sociale (remboursements et indemnités ds soins de santé en cas d'incapacité de travail, de chômage et de retraite...) émane de cette loi.