"La menace du climat demande des actions mondiales plus ambitieuses", écrit Kristalina Georgieva dans un blog paru avant de se rendre à Glasgow où elle participera à la conférence, selon un porte-parole du Fonds Monétaire International.

"Inchangées, les politiques mondiales vont laisser les émissions de carbone en 2030 bien plus élevées que nécessaires pour maintenir en vie l'objectif (de limiter le réchauffement à) 1,5°C", écrit la responsable.

"Pour réaliser ces réductions, les décideurs politiques présents à la COP26 doivent combler deux lacunes critiques: en termes d'ambition et de politique", ajoute-t-elle.

La directrice générale du FMI appelle notamment "les économies avancées à réduire plus rapidement leurs émissions pour des raisons d'équité et de responsabilité historique".

"La menace du climat demande des actions mondiales plus ambitieuses", écrit Kristalina Georgieva dans un blog paru avant de se rendre à Glasgow où elle participera à la conférence, selon un porte-parole du Fonds Monétaire International. "Inchangées, les politiques mondiales vont laisser les émissions de carbone en 2030 bien plus élevées que nécessaires pour maintenir en vie l'objectif (de limiter le réchauffement à) 1,5°C", écrit la responsable. "Pour réaliser ces réductions, les décideurs politiques présents à la COP26 doivent combler deux lacunes critiques: en termes d'ambition et de politique", ajoute-t-elle. La directrice générale du FMI appelle notamment "les économies avancées à réduire plus rapidement leurs émissions pour des raisons d'équité et de responsabilité historique".