Il n'y a jamais eu autant de salariés sous contrat de travail travaillant à temps plein au cours des quatre dernières années, avec 63,7% des Belges actifs bénéficiant d'un tel contrat, signale lundi le prestataire de services RH Acerta. Fin 2019 - avant le déclenchement de la crise -, ce taux était de 63% et il y a cinq ans de 61,4%. Après une extrapolation basée sur les données de plus de 35.000 employeurs du secteur privé, les entreprises belges ont encore le potentiel, dans leurs propres rangs, d'employer 300.000 équivalents temps plein supplémentaires.

Le nombre de salariés employés à temps partiel a également augmenté de manière constante ces dernières années. Près de 78% ont ainsi un emploi pendant au moins quatre cinquièmes du temps. Cela représente une augmentation d'environ 4% par rapport à il y a cinq ans. Le nombre de personnes travaillant moins de quatre cinquièmes du temps est, par contre, en baisse depuis des années. La proportion de salariés travaillant à mi-temps ou moins a particulièrement chuté au cours des cinq dernières années, passant de 14,1 à 11,4%.

L'étroitesse du marché du travail comme explication de ces chiffres

Selon Acerta, l'étroitesse du marché du travail est l'explication du passage des contrats à temps partiel à ceux à temps plein. "Depuis quelques années, nous observons une tendance où les formes d'emploi inférieures (moins de 80%, NDLR) deviennent moins populaires. La crise de l'immobilier a quelque peu ralenti la croissance vers plus d'emplois à temps plein, mais nous sommes maintenant au niveau le plus élevé jamais atteint de personnes travaillant à temps plein", analyse le prestataire de services RH.

Les contrats à temps partiel victimes de la crise sanitaire

D'après ce dernier, la crise du coronavirus a également contribué au fait que le nombre de contrats à mi-temps ou moins a fortement diminué. "Si l'économie se redresse, les 'petits' emplois reviendront probablement en premier, tout comme les travailleurs intérimaires", prédit Acerta.

Selon un calcul du prestataire de services RH, les entreprises belges pourraient encore créer 300.000 équivalents temps plein si elles font passer leurs employés qui ne travaillent pas encore sous ce statut vers un tel contrat. Elles pourraient aussi faire basculer 145.000 salariés qui travaillent moins de 80% du temps vers un contrat à quatre cinquièmes. "Si les entreprises peuvent réduire les obstacles à l'emploi à temps plein, le potentiel est encore énorme. L'offre/le maintien du travail à domicile, par exemple, peut être un levier, tout comme une politique salariale flexible et équilibrée", suggère Acerta.

null, iStock
null © iStock

Les candidats à l'emploi boudent l'interim

Le cabinet de recrutement Page personnel a mené une étude dont il ressort que seulement 15% des candidats à l'emploi envisagent de se diriger vers l'intérim en 2021. Les candidats à l'emploi recherchent un sentiment de sécurité sur le marché de l'emploi, sentiment renforcé par la période de crise sanitaire. "Depuis toujours, l'interim est perçu comme une forme de contrat de travail précaire. Or, il n'est pas forcément plus précaire qu'un CDI. Les avantages de l'intérim sont nombreux, et sa flexibilité l'a rendu indispensable sur le marché de l'emploi en 2020", explique Olivier Dufour, Executive Director de Page Personnel Belgique. Ce désamour des candidats à l'emploi pour l'intérim peut sembler paradoxal lorsque l'on sait qu'il a permis au marché de l'emploi de se maintenir à flot lorsque certains secteurs ont stoppé leurs recrutements pendant les confinements successifs.

La perception du travail a évolué mais pas toutes les mentalités

"La mauvaise perception du contrat d'intérimaire nous vient de la génération de nos parents. Quand ce type de contrats fût mit en place, il était surtout destiné aux petits boulots temporaires dans le secteur de la construction, plutôt synonyme de précarité. Aujourd'hui, l'intérim est un contrat de travail plébiscité par de nombreux secteurs et apprécié par les travailleurs. En réalité, un travailleur intérimaire n'est pas moins en sécurité qu'un travailleur en CDI. Les mentalités doivent encore évoluer", pense Olivier Dufour de Page Personnel Belgique.

Ce dernier pense que aussi certaines idées reçues doivent encore évoluer et ne font pas encore de ce type de contrat un mode de travail dépassé. Page Personnel Belgique voit l'interim comme le contrat le plus en adéquation avec l'idée du monde du travail que se font les jeunes générations, parce qu'il offre de nombreuses possibilités d'apprentissage et permet de réaliser et de toucher à de nombreux métiers avant de s'orienter définitivement.

"L'intérim, c'est le futur. Les jeunes, désireux de mener une balance vie professionnelle/vie privée la plus équilibrée possible, commencent petit à petit à se tourner vers l'intérim. Nous sommes dans un marché de candidats, non plus un marché de clients. C'est-à-dire que ces jeunes trouveront toujours de nombreuses opportunités pour réaliser les différentes carrières auxquelles ils aspirent. Il est évident que l'intérim n'est pas synonyme de précarité mais bien de liberté", conclut Olivier Dufour.

Mais entre la théorie avancée et ce qu'il se passe dans la pratique, il y a manifestement encore quelques problèmes de perception entre les défenseurs et les opposants au contrat intérimaire.

Il n'y a jamais eu autant de salariés sous contrat de travail travaillant à temps plein au cours des quatre dernières années, avec 63,7% des Belges actifs bénéficiant d'un tel contrat, signale lundi le prestataire de services RH Acerta. Fin 2019 - avant le déclenchement de la crise -, ce taux était de 63% et il y a cinq ans de 61,4%. Après une extrapolation basée sur les données de plus de 35.000 employeurs du secteur privé, les entreprises belges ont encore le potentiel, dans leurs propres rangs, d'employer 300.000 équivalents temps plein supplémentaires. Le nombre de salariés employés à temps partiel a également augmenté de manière constante ces dernières années. Près de 78% ont ainsi un emploi pendant au moins quatre cinquièmes du temps. Cela représente une augmentation d'environ 4% par rapport à il y a cinq ans. Le nombre de personnes travaillant moins de quatre cinquièmes du temps est, par contre, en baisse depuis des années. La proportion de salariés travaillant à mi-temps ou moins a particulièrement chuté au cours des cinq dernières années, passant de 14,1 à 11,4%.L'étroitesse du marché du travail comme explication de ces chiffresSelon Acerta, l'étroitesse du marché du travail est l'explication du passage des contrats à temps partiel à ceux à temps plein. "Depuis quelques années, nous observons une tendance où les formes d'emploi inférieures (moins de 80%, NDLR) deviennent moins populaires. La crise de l'immobilier a quelque peu ralenti la croissance vers plus d'emplois à temps plein, mais nous sommes maintenant au niveau le plus élevé jamais atteint de personnes travaillant à temps plein", analyse le prestataire de services RH.Les contrats à temps partiel victimes de la crise sanitaireD'après ce dernier, la crise du coronavirus a également contribué au fait que le nombre de contrats à mi-temps ou moins a fortement diminué. "Si l'économie se redresse, les 'petits' emplois reviendront probablement en premier, tout comme les travailleurs intérimaires", prédit Acerta. Selon un calcul du prestataire de services RH, les entreprises belges pourraient encore créer 300.000 équivalents temps plein si elles font passer leurs employés qui ne travaillent pas encore sous ce statut vers un tel contrat. Elles pourraient aussi faire basculer 145.000 salariés qui travaillent moins de 80% du temps vers un contrat à quatre cinquièmes. "Si les entreprises peuvent réduire les obstacles à l'emploi à temps plein, le potentiel est encore énorme. L'offre/le maintien du travail à domicile, par exemple, peut être un levier, tout comme une politique salariale flexible et équilibrée", suggère Acerta.Les candidats à l'emploi boudent l'interimLe cabinet de recrutement Page personnel a mené une étude dont il ressort que seulement 15% des candidats à l'emploi envisagent de se diriger vers l'intérim en 2021. Les candidats à l'emploi recherchent un sentiment de sécurité sur le marché de l'emploi, sentiment renforcé par la période de crise sanitaire. "Depuis toujours, l'interim est perçu comme une forme de contrat de travail précaire. Or, il n'est pas forcément plus précaire qu'un CDI. Les avantages de l'intérim sont nombreux, et sa flexibilité l'a rendu indispensable sur le marché de l'emploi en 2020", explique Olivier Dufour, Executive Director de Page Personnel Belgique. Ce désamour des candidats à l'emploi pour l'intérim peut sembler paradoxal lorsque l'on sait qu'il a permis au marché de l'emploi de se maintenir à flot lorsque certains secteurs ont stoppé leurs recrutements pendant les confinements successifs.La perception du travail a évolué mais pas toutes les mentalités"La mauvaise perception du contrat d'intérimaire nous vient de la génération de nos parents. Quand ce type de contrats fût mit en place, il était surtout destiné aux petits boulots temporaires dans le secteur de la construction, plutôt synonyme de précarité. Aujourd'hui, l'intérim est un contrat de travail plébiscité par de nombreux secteurs et apprécié par les travailleurs. En réalité, un travailleur intérimaire n'est pas moins en sécurité qu'un travailleur en CDI. Les mentalités doivent encore évoluer", pense Olivier Dufour de Page Personnel Belgique. Ce dernier pense que aussi certaines idées reçues doivent encore évoluer et ne font pas encore de ce type de contrat un mode de travail dépassé. Page Personnel Belgique voit l'interim comme le contrat le plus en adéquation avec l'idée du monde du travail que se font les jeunes générations, parce qu'il offre de nombreuses possibilités d'apprentissage et permet de réaliser et de toucher à de nombreux métiers avant de s'orienter définitivement."L'intérim, c'est le futur. Les jeunes, désireux de mener une balance vie professionnelle/vie privée la plus équilibrée possible, commencent petit à petit à se tourner vers l'intérim. Nous sommes dans un marché de candidats, non plus un marché de clients. C'est-à-dire que ces jeunes trouveront toujours de nombreuses opportunités pour réaliser les différentes carrières auxquelles ils aspirent. Il est évident que l'intérim n'est pas synonyme de précarité mais bien de liberté", conclut Olivier Dufour.Mais entre la théorie avancée et ce qu'il se passe dans la pratique, il y a manifestement encore quelques problèmes de perception entre les défenseurs et les opposants au contrat intérimaire.