Plus d'un sur deux (54%) est déjà confronté à l'IA au travail ou s'attend à l'être dans les deux années à venir, une proportion plus élevée que chez les Français (44%), les Allemands (45%) et les Britanniques (47%). Et près d'un travailleur belge sur quatre (24%) a déjà recours à des applications basées sur l'IA au travail.

Plus de six travailleurs sur dix utilisant déjà l'IA (62%) observent d'ailleurs un impact positif sur leur productivité tandis que pour 55%, l'IA est également un moyen de mieux organiser leur travail. Dans le même ordre d'idée, près de sept travailleurs sur dix (68%) indiquent qu'ils pressentent une croissance plus marquée de leur entreprise ou organisation.

Toutefois, sept Belges sur dix (70%) estiment que la diminution de la charge de travail finira par entraîner des pertes d'emplois, toujours selon l'enquête du conseiller en stratégie BCG.