Selon un accord conclu lundi dans la soirée entre l'ex-monopole public et le syndicat Verdi, les salaires augmenteront de 2,3% dès le mois de mai 2012, avant qu'ils ne soient relevés par deux fois l'an prochain, de 2,1% à chaque fois.

Fin mars, deux millions de fonctionnaires allemands avaient déjà décroché une hausse des salaires de 6,3%.

Depuis, les syndicats donnent de la voix pour exiger un rattrapage des salaires, qu'ils avaient accepté de voir stagner le temps que la crise économique soit surmontée.

A présent que l'Allemagne bénéficie d'une conjoncture florissante, du moins en comparaison de ses voisins européens, les mouvements de grève fleurissent pour appuyer des revendications salariales.

Les salaires sont négociés en Allemagne entre le patronat et les syndicats pour des secteurs d'activité entiers, ou pour quelques grandes entreprises spécifiques.

Verdi a annoncé des débrayages dans le secteur bancaire, dans le cadre de la renégociation d'accords tarifaires couvrant 220.000 salariés, tandis que le syndicat industriel IG Metall mobilise depuis début mai dans la métallurgie.

Avec Belga

Selon un accord conclu lundi dans la soirée entre l'ex-monopole public et le syndicat Verdi, les salaires augmenteront de 2,3% dès le mois de mai 2012, avant qu'ils ne soient relevés par deux fois l'an prochain, de 2,1% à chaque fois. Fin mars, deux millions de fonctionnaires allemands avaient déjà décroché une hausse des salaires de 6,3%. Depuis, les syndicats donnent de la voix pour exiger un rattrapage des salaires, qu'ils avaient accepté de voir stagner le temps que la crise économique soit surmontée. A présent que l'Allemagne bénéficie d'une conjoncture florissante, du moins en comparaison de ses voisins européens, les mouvements de grève fleurissent pour appuyer des revendications salariales. Les salaires sont négociés en Allemagne entre le patronat et les syndicats pour des secteurs d'activité entiers, ou pour quelques grandes entreprises spécifiques. Verdi a annoncé des débrayages dans le secteur bancaire, dans le cadre de la renégociation d'accords tarifaires couvrant 220.000 salariés, tandis que le syndicat industriel IG Metall mobilise depuis début mai dans la métallurgie. Avec Belga