Les socialistes flamands, qui siègent au gouvernement fédéral, reconnaissent que l'épargne doit être réveillée, mais pas via des investissements comportant des risques, et certainement pas grâce à un avantage fiscal, rapporte lundi De Morgen.

"Vanackere a un raisonnement un peu tortueux", commente la députée Karin Termmerman. "Le gouvernement a relevé le précompte mobilier à 25%, soit un petit glissement de la fiscalité sur le travail vers celle sur le capital. Le but est-il maintenant de faire marche arrière? Et où devons-nous aller chercher l'argent pour cet effort?", interroge la députée.

Belga

Les socialistes flamands, qui siègent au gouvernement fédéral, reconnaissent que l'épargne doit être réveillée, mais pas via des investissements comportant des risques, et certainement pas grâce à un avantage fiscal, rapporte lundi De Morgen. "Vanackere a un raisonnement un peu tortueux", commente la députée Karin Termmerman. "Le gouvernement a relevé le précompte mobilier à 25%, soit un petit glissement de la fiscalité sur le travail vers celle sur le capital. Le but est-il maintenant de faire marche arrière? Et où devons-nous aller chercher l'argent pour cet effort?", interroge la députée. Belga