Tant le gestionnaire de réseau Fluvius que la fédération des entreprises énergétiques Febeg avaient demandé un tel report. Il n'y aurait pas assez de temps pour tester le nouveau tarif de manière approfondie, de sorte qu'ils ne peuvent pas garantir une mise en oeuvre fiable. La VREG va maintenant organiser une consultation publique pour potentiellement reporter "une dernière fois" l'introduction du nouveau tarif. Le régulateur regrette la proposition de report, mais ne veut pas prendre le risque que le bon fonctionnement du marché et une facturation correcte soient mis en péril.

Aucune pression politique

Auparavant, la ministre flamande de l'Énergie, Zuhal Demir (N-VA), avait également fait pression pour un tel report. Mais l'autorité de régulation affirme qu'aucune pression politique n'a été exercée pour l'obtenir.

Le tarif de capacité que la VREG entend introduire calcule différemment les coûts d'utilisation du réseau électrique. À l'avenir, les tarifs de réseau ne seraient plus calculés entièrement sur la base de la quantité d'électricité achetée, mais en grande partie sur la base des pics de consommation.

Ce tarif de capacité est devenue une question sensible politiquement, surtout en cette période de prix élevés de l'énergie. Pour certains clients - notamment les petits utilisateurs -, la facture annuelle pourrait en effet augmenter.

C'est d'ailleurs la deuxième fois que le tarif est reporté. L'intention initiale était de l'introduire le 1er janvier dernier.

L'opérateur de réseau Fluvius risque des amendes s'il ne respecte pas l'échéance du 1er janvier 2023. Celles-ci peuvent s'élever à un maximum de 6 millions d'euros.

Tant le gestionnaire de réseau Fluvius que la fédération des entreprises énergétiques Febeg avaient demandé un tel report. Il n'y aurait pas assez de temps pour tester le nouveau tarif de manière approfondie, de sorte qu'ils ne peuvent pas garantir une mise en oeuvre fiable. La VREG va maintenant organiser une consultation publique pour potentiellement reporter "une dernière fois" l'introduction du nouveau tarif. Le régulateur regrette la proposition de report, mais ne veut pas prendre le risque que le bon fonctionnement du marché et une facturation correcte soient mis en péril.Aucune pression politique Auparavant, la ministre flamande de l'Énergie, Zuhal Demir (N-VA), avait également fait pression pour un tel report. Mais l'autorité de régulation affirme qu'aucune pression politique n'a été exercée pour l'obtenir. Le tarif de capacité que la VREG entend introduire calcule différemment les coûts d'utilisation du réseau électrique. À l'avenir, les tarifs de réseau ne seraient plus calculés entièrement sur la base de la quantité d'électricité achetée, mais en grande partie sur la base des pics de consommation. Ce tarif de capacité est devenue une question sensible politiquement, surtout en cette période de prix élevés de l'énergie. Pour certains clients - notamment les petits utilisateurs -, la facture annuelle pourrait en effet augmenter. C'est d'ailleurs la deuxième fois que le tarif est reporté. L'intention initiale était de l'introduire le 1er janvier dernier. L'opérateur de réseau Fluvius risque des amendes s'il ne respecte pas l'échéance du 1er janvier 2023. Celles-ci peuvent s'élever à un maximum de 6 millions d'euros.