Le scénario établi par la BNB et le BFP prend en compte plusieurs éléments comme des mesures de confinement de sept semaines avec une perte d'un tiers de la valeur ajoutée du secteur privé, une période de reprise graduelle sur neuf mois et des bénéficiaires du chômage temporaire à temps plein. En termes politiques, seules les décisions sur le chômage temporaire et les droits passerelle ont été retenues.

Selon le scénario, le PIB reculerait de 8% en 2020 avec un recul de -4% au premier trimestre et -15% au deuxième trimestre "suivi d'une reprise vigoureuse dans la deuxième moitié de l'année, mais insuffisante pour compenser la perte initiale. La continuation de cette reprise doperait mécaniquement la croissance en 2021 (+8,6%)".

"Notre scénario prévoit un déficit de -7,5% en 2020 et un endettement de 115%", souligne Philippe Donnay, commissaire au Plan. Par rapport au scénario sans crise, la perte cumulée du PIB se chiffrerait à près de 30 milliards d'euros à la fin juin 2020, 45 milliards à la fin décembre et près de 60 milliards à la fin 2021.

Le scénario établi par la BNB et le BFP prend en compte plusieurs éléments comme des mesures de confinement de sept semaines avec une perte d'un tiers de la valeur ajoutée du secteur privé, une période de reprise graduelle sur neuf mois et des bénéficiaires du chômage temporaire à temps plein. En termes politiques, seules les décisions sur le chômage temporaire et les droits passerelle ont été retenues. Selon le scénario, le PIB reculerait de 8% en 2020 avec un recul de -4% au premier trimestre et -15% au deuxième trimestre "suivi d'une reprise vigoureuse dans la deuxième moitié de l'année, mais insuffisante pour compenser la perte initiale. La continuation de cette reprise doperait mécaniquement la croissance en 2021 (+8,6%)". "Notre scénario prévoit un déficit de -7,5% en 2020 et un endettement de 115%", souligne Philippe Donnay, commissaire au Plan. Par rapport au scénario sans crise, la perte cumulée du PIB se chiffrerait à près de 30 milliards d'euros à la fin juin 2020, 45 milliards à la fin décembre et près de 60 milliards à la fin 2021.