"Si nous devions constater que tout va à vau-l'eau en Grèce, alors il n'y aurait pas de nouveau programme" de refinancement du pays pour lui permettre d'honorer ses dettes, a déclaré le chef de gouvernement du Luxembourg.

"Cela signifierait une faillite en mars", a-t-il ajouté. "La Grèce doit savoir que nous ne reculerons pas sur le thème des privatisations", a-t-il poursuivi, regrettant pas ailleurs qu'il y ait "des éléments de corruption à toutes les échelles de l'administration" grecque.

Le Grèce mène de rudes négociations pour obtenir de ses créanciers publics l'effacement partiel de sa dette, mais elles sont conditionnées à un autre accord, qu'elle doit conclure avec ses créanciers publics (UE, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international).

Pour lui octroyer un nouveau prêt international de 130 milliards de dollars, ces derniers exigent des partis représentés dans le gouvernement grec de coalition des engagements sur des mesures d'ajustement structurel, au-delà des élections générales anticipées prévues ce printemps.

Trends.be, avec Belga.

"Si nous devions constater que tout va à vau-l'eau en Grèce, alors il n'y aurait pas de nouveau programme" de refinancement du pays pour lui permettre d'honorer ses dettes, a déclaré le chef de gouvernement du Luxembourg. "Cela signifierait une faillite en mars", a-t-il ajouté. "La Grèce doit savoir que nous ne reculerons pas sur le thème des privatisations", a-t-il poursuivi, regrettant pas ailleurs qu'il y ait "des éléments de corruption à toutes les échelles de l'administration" grecque. Le Grèce mène de rudes négociations pour obtenir de ses créanciers publics l'effacement partiel de sa dette, mais elles sont conditionnées à un autre accord, qu'elle doit conclure avec ses créanciers publics (UE, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international). Pour lui octroyer un nouveau prêt international de 130 milliards de dollars, ces derniers exigent des partis représentés dans le gouvernement grec de coalition des engagements sur des mesures d'ajustement structurel, au-delà des élections générales anticipées prévues ce printemps. Trends.be, avec Belga.