Pour la N-VA, il serait possible de se passer de niveau intermédiaire, comme le montre le paiement du crédit-temps directement par l'ONEM.

Le paiement des allocations de chômage est aujourd'hui assuré essentiellement par les syndicats, qui reçoivent en contrepartie un versement de l'État, une intervention dans les frais de gestion. Cette intervention s'est élevée à 165,916 millions d'euros l'an dernier, rapportait vendredi L'Echo.

Pour défendre leur rôle, les syndicats soulignent que leurs frais de fonctionnement sont moins élevés. Mais cet argument ne trouve pas grâce auprès de Mme Van Eetvelde. La députée préconise un système centralisé qui permettrait selon elle de réaliser des économies d'échelle bien plus grandes.

Pour la N-VA, il serait possible de se passer de niveau intermédiaire, comme le montre le paiement du crédit-temps directement par l'ONEM. Le paiement des allocations de chômage est aujourd'hui assuré essentiellement par les syndicats, qui reçoivent en contrepartie un versement de l'État, une intervention dans les frais de gestion. Cette intervention s'est élevée à 165,916 millions d'euros l'an dernier, rapportait vendredi L'Echo. Pour défendre leur rôle, les syndicats soulignent que leurs frais de fonctionnement sont moins élevés. Mais cet argument ne trouve pas grâce auprès de Mme Van Eetvelde. La députée préconise un système centralisé qui permettrait selon elle de réaliser des économies d'échelle bien plus grandes.