Les négociateurs sont parvenus à un accord dans le dossier des coopérateurs d'Arco, la coopérative financière du Mouvement ouvrier chrétien entraînée dans la débâcle de Dexia. Un effort de 600 millions d'euros sera fourni qui sera réparti entre les trois parties prenantes de ce dossier: l'Etat, Belfius et le Mouvement ouvrier chrétien (ACW), a-t-on indiqué dans l'entourage des négociateurs.

"Le règlement, tel que présenté virtuellement sur la table, ne sera pas évident juridiquement", estime toutefois l'avocat.

De son côté, l'organisation Deminor attend d'en savoir plus sur la répartition de l'effort de 600 millions d'euros. "Nous voulons savoir qui va mettre quoi sur la table", résume Erik Bomans, de Deminor. Selon l'organisation de conseils aux actionnaires, les responsabilités dans ce dossier sont partagées entre Arco et la banque Belfius tandis que l'ACW (pendant flamand du MOC, devenu beweging.net) porte une responsabilité morale.

Les négociateurs sont parvenus à un accord dans le dossier des coopérateurs d'Arco, la coopérative financière du Mouvement ouvrier chrétien entraînée dans la débâcle de Dexia. Un effort de 600 millions d'euros sera fourni qui sera réparti entre les trois parties prenantes de ce dossier: l'Etat, Belfius et le Mouvement ouvrier chrétien (ACW), a-t-on indiqué dans l'entourage des négociateurs. "Le règlement, tel que présenté virtuellement sur la table, ne sera pas évident juridiquement", estime toutefois l'avocat. De son côté, l'organisation Deminor attend d'en savoir plus sur la répartition de l'effort de 600 millions d'euros. "Nous voulons savoir qui va mettre quoi sur la table", résume Erik Bomans, de Deminor. Selon l'organisation de conseils aux actionnaires, les responsabilités dans ce dossier sont partagées entre Arco et la banque Belfius tandis que l'ACW (pendant flamand du MOC, devenu beweging.net) porte une responsabilité morale.