Pour la première fois, plus d'un emploi sur deux est occupé par un Bruxellois dans la capitale. Il y a donc de moins en moins de navetteurs.

Mais, pour la première fois également, le nombre d'emplois diminue lui aussi, ressort-il de l'enquête 2015 sur les forces de travail en Belgique du SPF Economie, analysée jeudi par L'Echo sur la base d'une réaction de Benoît Cerexhe, chef de groupe cdH au Parlement bruxellois.

D'après l'enquête du SPF Economie, Bruxelles comptait 701.932 emplois en 2015, soit 18.200 de moins qu'en 2014. C'est le chiffre le plus faible depuis 2010.

Parallèlement, le nombre d'emplois augmente dans toute la zone RER, en dehors de Bruxelles. Le Brabant wallon connait ainsi la progression la plus spectaculaire du pays, avec +31% en 15 ans. Le Brabant flamand, en revanche, est en stagnation.

La deuxième plus grande progression provient de Flandre occidentale, où le parc d'emplois a augmenté de 20% en 15 ans.

Pour la première fois, plus d'un emploi sur deux est occupé par un Bruxellois dans la capitale. Il y a donc de moins en moins de navetteurs.Mais, pour la première fois également, le nombre d'emplois diminue lui aussi, ressort-il de l'enquête 2015 sur les forces de travail en Belgique du SPF Economie, analysée jeudi par L'Echo sur la base d'une réaction de Benoît Cerexhe, chef de groupe cdH au Parlement bruxellois.D'après l'enquête du SPF Economie, Bruxelles comptait 701.932 emplois en 2015, soit 18.200 de moins qu'en 2014. C'est le chiffre le plus faible depuis 2010. Parallèlement, le nombre d'emplois augmente dans toute la zone RER, en dehors de Bruxelles. Le Brabant wallon connait ainsi la progression la plus spectaculaire du pays, avec +31% en 15 ans. Le Brabant flamand, en revanche, est en stagnation. La deuxième plus grande progression provient de Flandre occidentale, où le parc d'emplois a augmenté de 20% en 15 ans.